Rachat d'Alstom : GE prolonge son offre de trois semaines

  • A
  • A
Rachat d'Alstom : GE prolonge son offre de trois semaines
@ Reuters
Partagez sur :

PATIENCE - Le groupe américain aurait cédé à une demande du gouvernement français afin de "faciliter les discussions".

Nouveau rebondissement dans le rachat d’Alstom. Le conglomérat industriel américain General Electric (GE), qui cherche à racheter la branche énergie du groupe français Alstom, a annoncé jeudi avoir prolongé son offre jusqu'au 23 juin, "à la demande du gouvernement français". Le délai courait jusqu'ici jusqu'au 2 juin.

"Nous avons fait cela pour faciliter les discussions en cours avec le gouvernement", précise le groupe américain dans un communiqué. GE a mis 12,35 milliards d'euros sur la table pour la branche énergie d'Alstom, mais le gouvernement français pèse de tout son poids dans le dossier. Toutefois, le PDG de GE, Jeff Immelt, avait encore affiché mercredi lors d'une conférence en Floride (sud-est des Etats-Unis) ses espoirs d'arriver à mener à bien son projet. "C'est une transaction qui est faisable (...). C'est une transaction que nous nous attendons à boucler", avait-il assuré. GE a indiqué jeudi qu'il voyait "positivement" la prolongation de son offre. "Le projet industriel que nous avons présenté est bon pour Alstom, pour la France et pour GE, et nos discussions continuent d'être constructives", a-t-il réaffirmé.

Le groupe allemand Siemens s'est invité dans le dossier avec le soutien de Paris et Berlin et pourrait déposer prochainement une offre concurrente. Le gouvernement français travaille aussi à l'élaboration d'un "plan C" avec des capitaux français publics ou privés, a indiqué jeudi le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, selon des propos rapportés par son entourage.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

ZOOM - Rachat d'Alstom : Siemens formule une nouvelle offre

L'INFO - L’Etat brandit un droit de veto pour les entreprises stratégiques

ZOOM - Alstom : la branche transports survivra-t-elle seule ?

TRAINS - Alstom : la SNCF, RFF et la RATP plaident pour une approche européenne