Quand Apple vend en Australie, les bénéfices partent en Irlande

  • A
  • A
Quand Apple vend en Australie, les bénéfices partent en Irlande
@ REUTERS
Partagez sur :

FISC - Le géant de l'informatique est (encore) pointé du doigt pour ses pratiques fiscales.

L'info. Les pratiques fiscales du groupe Apple sont régulièrement pointées du doigt, y compris par les autorités de son propre pays. Et une nouvelle nation vient de rejoindre cette liste "d'indignés" : l'Australie. Au terme d'une longue enquête, le principal quotidien économique du pays affirme en effet que le groupe d'informatique américain Apple a transféré vers l'Irlande des milliards de dollars de bénéfices réalisés en Australie, ces dix dernières années, pour échapper à l'impôt dans ce pays. Le tout en restant dans les clous de la légalité.

20.09.Bandeau.Apple.store.magasin.vendeur.Reuters.460.100

© REUTERS

Les pratiques douteuses d'Apple. La très respectée Australian Financial Review (AFR) a obtenu les bilans financiers sur dix ans d'Apple Sales International, une division de la société irlandaise au coeur du système d'optimisation fiscale mis au point par le géant américain, selon le quotidien. Comme il le fait en France, Apple encaisse la majeure partie de ses bénéfices générés en Australie.. en Irlande. Et pour cause : les taxes n'y représentent que 0,7% du chiffre d'affaires.

Résultat de cette évasion fiscale légale : en 2013, Apple a déclaré un bénéfice avant impôts de 88,5 millions de dollars australiens réalisés en Australie, après avoir transféré vers l'Irlande, via Singapour, quelque 2 milliards de chiffre d'affaires, ajoute l'enquête de l'AFR.
>> Pour aller plus loin : La stratégie d'Apple pour éviter les impôts

Pas un cas isolé. Des multinationales comme Google, Apple, Starbucks ou Amazon sont dans le collimateur de plusieurs gouvernements occidentaux, en Europe notamment. Elles sont accusées d'échapper à l'impôt par le biais de mécanismes sophistiqués d'optimisation fiscale, en toute légalité. En France par exemple, grâce à une série de montages financiers parfaitement légaux, le géant de l'internet Google ne paie qu'un faible pourcentage d'impôts. La quasi-totalité de ses revenus, déclarés en Irlande après un passage aux Pays-Bas, est ensuite transférée dans le paradis fiscal des Bermudes, où est située la filiale Google Ireland Holdings.

sur le même sujet, sujet,

EDITO - Révolution en cours : les financiers prennent le pouvoir chez Apple

DECRYPTAGE - La stratégie d'Apple pour éviter les impôts

VIE LOCALE - Google, Facebook et Apple font dérailler San Francisco