Prix du gaz : déjà 100.000 inscrits pour le "big switch"

  • A
  • A
Prix du gaz : déjà 100.000 inscrits pour le "big switch"
Pour faire baisser notre facture de gaz, l'UFC-Que choisir propose aux clients de changer d'opérateur tous ensemble. La parade trouvée par l'association consiste en un "big switch", c'est-à-dire un changement collectif de fournisseur de gaz.@ MAXPPP
Partagez sur :

L'idée d'un changement collectif d'opérateur semble (pour le moment) séduire les consommateurs.

Le chiffre. "Nous avons atteint le 04 novembre le nombre d'inscrits attendu pour le 26, il y a des éléments de satisfaction", s'est réjoui lundi Cédric Musso, directeur des relations institutionnels, auprès d'Europe1.fr. C'est lui qui a organisé le "big switch", du nom de cette opération de changement collectif de fournisseur de gaz. Le 14 octobre, l'association lançait en effet le site gazmoinscherensemble.fr. L'initiative est limitée à 100.000 souscriptions. Et 100.000 personnes se sont déjà inscrites sur le site, depuis mardi.

>> Lire aussi : le big switch, fausse bonne idée ?

Le détail du procédé. L'UFC-Que choisir donne à ceux qui le souhaitent jusqu'au 25 novembre pour s'y inscrire. Et elle s'occupera ensuite de faire changer d'abonnement à tous les participants, pour les inscrire chez un opérateur moins onéreux. Pour lancer sa bataille collective, l'association de consommateur a commencé par lancer un vaste appel d'offres auprès de tous les fournisseurs de gaz pour déterminer quels étaient les meilleurs prix qu'ils étaient prêts à offrir. Résultat : l'offre retenue, celle du Belge Lampris, se révèle au moins 13% moins onéreuse que les tarifs réglementés du gaz.

Peut-on continuer à s'inscrire aujourd'hui ? Si le nombre de souscriptions au futur abonnement est limité à 100.000, le nombre d'inscriptions sur le site gazmoinscherensemble.fr est, lui, illimité. En clair, tout le monde peut encore s'inscrire jusqu'au 25 novembre. Le 26 novembre, l'offre finale sera rendue publique, puis proposée le 7 décembre à tous les inscrits, même s'il y en a 250.000.  "Plus il y a d'inscrits, plus la facture baissera", insiste même Cédric Musso. "La baisse de 13% est un point de départ. Mais si, au final, il y a 250.000 inscrits, la facture baissera encore plus", poursuit-il.

Car plus il y a d'inscrits, plus il y a de chance d'avoir de souscripteurs au final. Les inscrits ont, en effet,  jusqu'au 16 janvier pour décider définitivement s'ils prennent le nouvel abonnement. "Et, au vu des expériences étrangères, on estime entre seulement 20% et 30% le nombre d'inscrits qui souscrivent définitivement", précise Cédric Musso.