PriceMinister racheté par un Japonais
PriceMinister racheté par un Japonais

Le symbole de la réussite du e-commerce français est repris par le leader nippon du secteur.

PriceMinister est considéré comme une des plus belles réussites du web marchand français aux côtés de Venteprivée ou Pixmania. Objet de convoitises depuis plusieurs années, il vient de céder aux sirènes japonaises. Rakuten, spécialiste japonais du commerce en ligne, a annoncé jeudi son rachat pour 200 millions d'euros.

Rakuten, actuellement numéro un au Japon, vise le rang de leader mondial de l'e-commerce et affiche une politique ambitieuse de développement en Europe. Le groupe français y voit l'occasion d'accélérer sa croissance, avec un actionnaire "qui est là pour exécuter une vision" et non pour réduire les coûts. A court terme, rien ne changera pour les membres du site PriceMinister. Mais, "assez vite on va s'inspirer des nouvelles fonctionnalités développées par Rakuten. Ils sont très présents sur le mobile", explique Pierre Kosciusko-Morizet, cofondateur et PDG de PriceMinister.

Pierre Kosciusko-Morizet raconte qu’il a été approché par Rakuten via un mail envoyé au service client. "Ils sont arrivés avec leurs chips aux crevettes", lors de l’entretien qui a eu lieu quelques heures après. Et ensuite, "on a tout fait en un mois et demi", explique-t-il.


Numéro 1 en France

PriceMinister est connu pour son slogan provocateur "Devenez radin". Il a été créé il y a dix ans avec un investissement initial de 40.000 euros. Pierre Kosciusko-Morizet avait eu l'idée d'importer le concept, inconnu en Europe, d'un site d'e-commerce américain, half.com, "sorte de librairie d'occasion virtuelle", dans un contexte d'autant plus difficile que la bulle internet venait d'exploser. Le frère de Nathalie Kosciusko-Morizet, qui jusqu'ici détenait un peu moins de 20% du capital, restera encore au moins cinq ans le PDG.

Le site revendique depuis mars la première place du commerce en ligne en France en terme d'audience, devant e-Bay. Il comptait 11,2 millions de visiteurs uniques au mois d'avril (selon Médiamétrie), contre 10,2 millions pour l'Américain. L'année dernière, les ventes sur internet ont bondi en France de 26%, malgré la crise.