Pour Pierre Gattaz, l'ISF est un "poison" qu'il faut "supprimer"

  • A
  • A
Pour Pierre Gattaz, l'ISF est un "poison" qu'il faut "supprimer"
Pour Pierre Gattaz, l'ISF plombe le PIB de la France.@ ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :

Le patron du Medef Pierre Gattaz a comparé l'impôt sur la fortune à un "poison", alimentant ainsi la polémique née des propos d'Emmanuel Macron, mercredi.

Le président du Medef Pierre Gattaz a jugé jeudi qu'il fallait supprimer un "poison" comme l'impôt sur la fortune, et qualifié le ministre de l'Economie Emmanuel Macron de "nouveauté politique très intéressante" qui assume "parfaitement l'entreprise".

Une réaction aux propos de Macron. "Il faut supprimer l'ISF", a déclaré Pierre Gattaz sur BFM Business. "Un poison comme ça, il faut le supprimer", a-t-il insisté. Il était interrogé sur des propos de Emmanuel Macron dans la revue Risques, reproduits par Le Figaro. "Je pense que la fiscalité sur le capital actuelle n'est pas optimale", déclarait le ministre. "Si on a une préférence pour le risque face à la rente, ce qui est mon cas, il faut préférer la taxation sur la succession aux impôts de type ISF", a-t-il encore dit. Le Premier ministre Manuel Valls a aussitôt réagi, jugeant que supprimer l'ISF serait une "faute".

L'ISF plombe le PIB. "Ce que je vois, c'est que l'ISF depuis 30 ans ça tue des entreprises, ça a tué tous mes concurrents notamment", a déclaré Pierre Gattaz. "Ça ramène peut-être quatre milliards d'impôts mais ça a détruit sans doute des dizaines de milliards et de PIB (produit intérieur brut) en France parce que nous sommes l'un des derniers pays au monde à avoir de l'ISF", a-t-il poursuivi. En 2014, Pierre Gattaz avait déjà appelé à supprimer l'impôt sur la fortune (ISF), une position qui avait été à l'époque qualifiée de "provocation" par Emmanuel Macron.

Macron, chouchou du Medef. Le patron des patrons a par ailleurs estimé que le locataire de Bercy qui a lancé son propre mouvement incarnait une "nouveauté politique très intéressante". "Il assume parfaitement l'entreprise et, mieux que ça, il la respecte et considère qu'on ne peut pas faire mieux, que c'est vraiment le moteur de création de richesse et d'emplois", a-t-il salué. "Il incarne le pragmatisme des idées neuves", a encore dit Pierre Gattaz, soulignant qu'Emmanuel Macron était "très bien vu des entrepreneurs".