Réformes économiques : et si Hollande avait tout bon ?

  • A
  • A
Réformes économiques : et si Hollande avait tout bon ?
@ REUTERS
Partagez sur :

SATISFECIT - L'OCDE estime que la France, grâce aux réformes en cours, pourrait gagner 3,7 points de PIB sur 10 ans.

Trop ou pas assez ? Le train de réformes adoptées par le gouvernement pour relancer l’économie française et la rendre plus compétitive ne font pas l’unanimité en France. Vu de l’étranger, le ton est bien plus cordial : l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), plutôt libérale, estime que ces changements vont porter  leurs fruits et devrait favoriser la croissance tout au long de la prochaine décennie.

23.09.Facture.comptabilite.chiffre.e1default.640.640

3,7 points de croissance au pays dans les dix prochaines années. Chargé de "promouvoir les politiques qui amélioreront le bien-être économique et social partout dans le monde", l’OCDE dissèque régulièrement les politiques économiques de chaque pays. Ses analystes distribuent ensuite les bons et les mauvais points et c’était au tour de la France de faire l’objet d’un examen approfondi.

Leur analyse des réformes initiées sous la présidence de François Hollande est positive : selon leurs calculs, elles devraient permettre à la France de gagner 3,7 points de croissance au pays dans les dix prochaines années, à en croire un rapport que Les Echos s’est procuré en avant-première. Une amélioration non négligeable lorsqu’on sait que le gouvernement table sur une croissance de 0,4% en 2014 et de 1% en 2015.

"Parmi les réformes envisagées, ce sont les baisses de charges pour les entreprises, le Cice et le pacte de responsabilité qui auraient l'impact le plus ‘significatif’ sur la croissance", précise le quotidien, citant la note. Viennent ensuite, par ordre d’importance, la réforme territoriale - pourtant mal engagée -, les réformes de la fiscalité pour les particuliers et les entreprises, puis le choc de simplification.

Dans la bonne direction… si la France passe aux actes. "Depuis 2012, le gouvernement a annoncé ou engagé des réformes importantes", même si la France doit absolument "aller de l'avant (...) rapidement", précise l'OCDE. Une façon habile de rappeler que si les annonces se sont multipliées, il reste à passer aux actes. "Les réformes en cours du marché du travail entament une dynamique nécessaire (...) Elle doit être poursuivie et accélérée", prévient ainsi l'organisation internationale.

Nos voisins vont plus vite.  Et pour bien faire comprendre que la France ne doit pas ralentir le rythme des réformes, l’OCDE établit un parallèle avec les pays voisins. Qui ont, à ses yeux, agit davantage et plus vite. "L'effet estimé des réformes actuelles, incluant même les mesures envisagées des professions réglementées et des secteurs de l'électricité et du gaz, à un horizon de dix ans, est environ trois fois plus faible que pour celles menées en Italie entre 2008 et 2012 et au Portugal entre 2008 et 2014", prévient l'OCDE.

>> LIRE AUSSI - La flexibilité, passage obligé pour relancer l'emploi ?