Plongée dans les coulisses de la salle de surveillance du Loto

  • A
  • A
Plongée dans les coulisses de la salle de surveillance du Loto
La salle de contrôle de la FDJ.@ AFP
Partagez sur :

Nous avons visité la salle de surveillance ultra-sécurisée près de Vitrolles où tous les paris arrivent en temps réel. 

REPORTAGE

Un millionnaire tout les deux jours. Le Loto fête ses quarante ans mercredi. Pour l'occasion, Europe 1 est allé découvrir l'immense poste de pilotage du jeu à la Française des Jeux (FDJ), près de Vitrolles. 

Le plus grand réseau informatique de France. Pour découvrir le "poste de surveillance" du Loto, il est nécessaire de se rendre dans un bunker semi-enterré capable de résister aux tremblements de terre ou encore aux feux de forêts. Dans ce data-center, les paris de tout les joueurs présent sur le sol français sont reçus en temps réel avec un suivi, sur écran géant, des prises de jeu. Pour permettre cet affichage en temps réel, les paris sont traités par des serveurs ultra-rapides. "Nous avons 32.000 points de vente, ce qui est le plus grand réseau informatique de France. Tous les points de vente sont reliés en temps réel avec cette salle et à l'intérieur de ces 32.000 points de vente nous avons plus de 130.000 appareils connectés également en temps réel", explique Thierry Adenis, directeur de la transformation technologique à la FDJ.

Jusqu'à 3.000 joueurs par secondes. Un autre écran présent dans la salle affiche le chiffre d'affaires (confidentiel) en temps réel. Lors des pics d'activité il peut cependant monter jusqu'à 130.000 euros par minute et l'objectif est alors de pousser les ordinateurs au maximum. "Si jamais nous explosions les pics d'activité et si tout le monde se mettait à prendre un pari en point de vente au même moment, nous serions encore capable d'absorber le choc. 1.300 personnes joue toutes les secondes à un jeu, mais tout est dimensionné pour monter jusqu'à 3.000", avance Roland Marzo, responsable du pilotage des opérations.

A terme, l'objectif de la FDJ est bel et bien de traiter 3.000 demandes par secondes et de continuer à garnir le fichier le plus sécurisé, enfermé au cœur du data-center, celui des supers-gagnants.