Résidences secondaires : Paris adopte une surtaxe de 20%

  • A
  • A
Résidences secondaires : Paris adopte une surtaxe de 20%
@ BORIS HORVAT/AFP
Partagez sur :

FISCALITÉ - La capitale veut inciter les propriétaires à remettre leur logement sur le marché et, par la même occasion, récupérer de nouvelles recettes.

Les propriétaires d'une résidence secondaire située à Paris devront bientôt payer un peu plus d'impôts. La ville de Paris a en effet approuvé mardi une augmentation de 20% de la taxe sur les résidences secondaires. Une mesure censée fluidifier le marché de l'immobilier mais aussi rapporter quelques millions supplémentaires.

>> LIRE AUSSI - Un logement parisien coûte 20 ans de salaire

Une hausse de 20%. Le Conseil de Paris a approuvé mardi une augmentation de 20% de la taxe sur les résidences secondaires. Mais pourquoi donc ? Parce que Paris compte 92.000 résidences secondaires mais que celles-ci sont parfois inoccupés les "trois quarts de l'année", dixit l'adjoint au maire de Paris en charge du Logement, le communiste Ian Brossat (PCF). La municipalité espère donc avec cette mesure inciter certains propriétaires à remettre sur le marché leur logement, pour le vendre ou le louer, dans une ville où la demande est bien supérieure à l'offre. Cette hausse de la fiscalité doit par ailleurs rapporter à la Ville 15 millions d'euros en 2015.

>> LIRE AUSSI - Taxe sur les logements vacants : la peur du bide

Beaucoup trop pour l'UMP, pas assez pour le PCF. L'UMP et le centre ont voté contre la taxe. Le sénateur centriste Yves Pozzo di Borgo a critiqué une mesure "inefficace et inutile", qui ne fera que nuire à la "stabilité" de l'environnement fiscal du marché immobilier, sans pousser les propriétaires à mettre en location leur bien. "Il est difficile de passer sous silence le véritable motif de cette mesure, à savoir la nécessaire progression des recettes de la ville pour renflouer son budget", a-t-il ajouté. L'UMP avait demandé à l'exécutif parisien de renoncer à cette taxe lors de l'examen du budget prévisionnel en décembre.

Le président du groupe PCF, Nicolas Bonnet, a lui aussi estimé que le taux de la taxe demeurerait trop faible pour inciter les propriétaires des résidences à louer leurs logements, et souhaité qu'elle soit augmentée.

>> LIRE AUSSI - APL, HLM : pourquoi la politique du logement est en panne