"Panama papers" : la cellule de régulation fiscale de Bercy est débordée

  • A
  • A
Partagez sur :

Les révélations issues des "Panama papers" ont provoqué une vague de panique chez les exilés fiscaux. Depuis plusieurs jours les services de Bercy croulent sous les demandes de régularisation.

INFO EUROPE 1

Le scandale des "Panama papers" continue d'agiter l'univers de la finance et d'interroger son cadre législatif. La Commission européenne a présenté hier un nouveau plan pour obliger les multinationales à la transparence fiscale. Ce plan était prévu avant ce scandale mais la commission a reconnu que les "Panama papers" avaient renforcé leur détermination. Ces révélations ont déclenché de véritables polémiques en Europe. En France, Bercy croule sous les appels des évadés fiscaux depuis près de deux semaines.

Renforcer les effectifs. Au ministère de l'Economie le téléphone n'arrête pas de sonner. Selon nos informations, la cellule de régularisation des exilés fiscaux a tellement reçu d'appels ces derniers jours qu'il a fallu renforcer les effectifs. Ils vont passer de 159 à 209 agents à compter de juin, répartis dans une dizaine de centres un peu partout en France pour traiter les demandes des contribuables qui veulent rapatrier leurs avoirs cachés à l'étranger.

Un effet "Panama papers". Dans l'entourage du ministre des Finances, Michel Sapin, on se félicite de l'effet "Panama papers". Si jusqu'à présent peu de noms en France sont sortis de ces révélations, elles ont néanmoins suffi à effrayer tous ceux qui ont encore des comptes à l'étranger. Selon nos informations, trois demandes directement liées à "Panama papers" ont été enregistrées depuis ces révélations.

Beaucoup estiment désormais qu'il va être de plus en plus compliqué de continuer à cacher son argent. En conséquence la cellule de régularisation tourne à plein régime ; les dossiers arrivent en grande majorité de Suisse, mais aussi du Luxembourg, précise Bercy. Avec cet afflux, il est bien possible que la France récupère cette année plus que prévu quand le gouvernement espérait, via les redressements fiscaux, faire rentrer dans ses caisses un peu plus de 2 milliards d'euros.