Opération escargot des chauffeurs de taxis

  • A
  • A
Opération escargot des chauffeurs de taxis
Partagez sur :

Ils protestent contre de nouvelles dispositions autorisant notamment les motos à prendre des clients aux stations de taxi.

Plusieurs centaines de taxis ont mené mardi une opération escargot sur les autoroutes A1, A106 et A6 aux départs des aéroports d'Orly et de Roissy, provoquant un fort ralentissement de la circulation. Les deux convois se sont rejoints en milieu d’après-midi aux pieds de la Tour Eiffel, avant de se disperser dans le calme.

Les chauffeurs de taxi s'opposent à de nouvelles dispositions qui devraient être adoptées le 11 décembre par la commission professionnelle, selon le Syndicat de défense des conducteurs de taxis parisiens (SDCTP). Parmi elles, l'autorisation pour les motos et shuttles (navettes) de charger des clients sur les stations taxis", "l'attribution de licences gratuites aux loueurs" et "le retrait de la carte professionnelle en cas de perte de six points sur le permis de conduire".

"La police autorise le racolage des motos", "Non aux licences gratuites pour les sociétés"; tels étaient les slogans sur les banderoles déployées toute la journée par les chauffeurs de taxis. "Parfois, les moto-taxis viennent directement dans les files de taxis, sans être inquiétées par la police. C'est de la concurrence déloyale", a dénoncé Pierre Dehon, du SDCTP.

Visés par cette grève, les chauffeurs de taxis-motos ont continué à prendre des passagers toute la journée, bien que pris à partie par les manifestants. Un pilote de taxi-moto, sous le couvert de l'anonymat, affirmait d’ailleurs que ce mouvement des taxis "est du pain béni" pour sa profession, les clients préférant les moto-taxis pour se faufiler à travers les bouchons

Ecoutez le reportage mardi midi de Mélanie Taravant :

La Fédération nationale des artisans du taxi (Fnat, majoritaire) et sa branche parisienne, la Chambre syndicale des artisans du taxi (CSAT), ne sont pas "parties prenantes" de cette initiative, a indiqué une porte-parole de la Fédération.

Une délégation a été reçue au ministère de l'Intérieur en milieu d’après-midi, aucune information n’a encore filtré de ces entretiens.