"On va vraisemblablement rester à quatre opérateurs"

  • A
  • A
"On va vraisemblablement rester à quatre opérateurs"
Sébastien Soriano appelle de nouveaux investissements@ ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :

Sébastien Soriano, président de l'autorité de régulation des télécoms, était l'invité d'Europe 1 après l'échec du mariage entre Orange et Bouygues Telecom.

"Je n'ai pas de boule de cristal mais je dirais que le scénario de référence est qu'on reste à quatre opérateurs pendant au moins quelques années." Pour Sébastien Soriano, à la tête du gendarme des télécoms, l'échec du rachat de Bouygues Telecom par Orange marque la fin d'une période de spéculation sur le marché des télécommunications. "Tout le monde se tournait un peu autour", a-t-il expliqué dimanche dans Ecosystème. Mais désormais, "on va vraisemblablement rester à quatre opérateurs."

Priorité aux investissements. "J'espère qu'on aura plus de stabilité, que les opérateurs vont se poser et se concentrer sur leur métier", appelle le président de l'Arcep. À ses yeux, la fin des opérations pour un éventuel passage à trois opérateurs doit notamment amener de nouveaux investissements, "notamment dans les zones rurales". C'est "la priorité" de l'Etat, bien plus qu'une course à la baisse des prix dans laquelle certains acteurs s'étaient lancés depuis plusieurs années.

Entendu sur Europe 1
C'est un secteur dans lequel on investit énormément.

Avec l'arrivée de Free sur le marché de la téléphonie mobile, les opérateurs lançaient des offres à prix cassés, "sans doute avec la volonté de faire boire la tasse à d'autres. Ce genre de comportement stratégique, pas seulement pour gagner des clients mais pour faire disparaître un acteur, on peut espérer que ça se calme un peu."

"Je pense et j'espère qu'on ne sera plus dans une logique d'offres exagérément basses qui ne correspondent pas à la réalité économique du secteur", explique Sébastien Soriano. "C'est un secteur dans lequel on investit énormément : 7 milliards d'euros chaque année pour amener du service, du réseau, de la 4G, de la qualité de débit… Tout ça est très important pour la France."