Mory Ducros: Arcole a déposé son offre de reprise

  • A
  • A
Mory Ducros: Arcole a déposé son offre de reprise
@ Capture d'écran site Mory Group
Partagez sur :

Le principal actionnaire du transporteur a déposé son offre dans la nuit après l’avoir légèrement améliorée.

Petit ouf de soulagement pour les salariés de Mory Ducros. Arcole Industries a déposé dans la nuit de mardi à mercredi son offre de reprise pour le transporteur de colis en difficulté. Les négociations ont été tendues, l’actionnaire principal du groupe a pendant un temps menacé de retirer son offre, avant de l’améliorer légèrement, au terme d'une nouvelle réunion marathon à Bercy, selon le ministère du Redressement productif et les syndicats.

Le principal actionnaire de Mory Ducros proposait jusqu'à présent la reprise de 48 agences (sur environ 85) et 2.150 emplois sur plus de 5.000. Il y a ajouté la reprise partielle des agences de Saint-Quentin (Aisne) et Bourges (Cher) soit 60 salariés supplémentaires, selon ces sources. "Ce dépôt à 23H58 est le gros acquis de la soirée", a souligné le ministère.

Une offre toujours fragile

"Arcole a déposé son offre, on échappe à une liquidation judiciaire dès demain (mercredi, NDLR) matin", a commenté Fabian Tosolini, porte-parole de la CFDT-Transports, mais l'actionnaire "a maintenu les clauses suspensives, l'offre reste donc fragile", a-t-il ajouté.

L'une de ces clauses est l'absence de mobilisation sociale d'ici au 31 janvier. "On ne peut pas décréter la levée d'actions de grèves que l'on n'a pas déclenchées. On ne peut empêcher les salariés de s'exprimer", a estimé M. Tosolini.

Sur les indemnités supra-légales de licenciement que les syndicats demandaient à Arcole de quasi tripler, les organisations syndicales n'ont rien obtenu. Arcole a maintenu sa proposition de 7.000 euros par salarié licencié.

sur le même sujet, sujet,

Mory Ducros - "Le risque de perdre les 5.000 emplois" est écarté

ZOOM - L'Etat au secours de Mory Ducros

CRISE - Mory Ducros: 3.100 emplois sur la sellette

L'INFO - Mory Ducros placé en redressement judiciaire

EMPLOI - Vers un plan social historique