Montebourg insulté, un patron remercié

  • A
  • A
Montebourg insulté, un patron remercié
Jean-Claude Debard, le désormais ex-patron de Mitsubishi France, a démissionné vendredi pour "raisons personnelles"@ REUTERS/Yuriko Nakao
Partagez sur :

Le dirigeant de la filiale française de Mitsubishi quitte ses fonctions et le groupe s'excuse.

Ses insultes envers Arnaud Montebourg lui ont-elles valu sa place? Jean-Claude Debard, le désormais ex-patron de Mitsubishi France, a démissionné vendredi pour "raisons personnelles". L'information aurait pu passer inaperçu si l'ancien dirigeant n'avait pas suscité une vive polémique il y a à peine deux jours.

>> LIRE AUSSI : qui a dit, Montebourg est "un abruti mental" ?

"Quand on ouvre sa gueule, on assume"

Jean-Claude Debard  930X620

© DR

Jean-Claude Debard est en effet sorti de l'anonymat mardi. "Cet abruti mental, ce débile, augmente les malus écologiques, réduit la vitesse des conducteurs sur le périphérique de Paris et pourrit la vie des automobilistes, de toutes les origines sociales... Tous le subissent ! Vous pouvez me citer : j’ai déjà un contrôle fiscal !", aurait alors raillé l'intéressé, évoquant le ministre du Redressement productif, selon le journal La Provence.

Le lendemain, Jean-Claude Debard a beau nier les mots "débile et abruti" et s'excuser pour le reste de ses propos, la polémique est déjà lancée. D'autant que le journaliste de La Provence, contacté par Europe1, n'en démord pas.  "Quand on ouvre sa gueule, on assume", argue-t-il.

>> LIRE AUSSI : Debard dément, le journaliste persiste et signe

Le groupe Mitsubishi, "choqué", s'excuse

Le tollé est tel que la direction générale de Mitsubishi a présenté ses excuses à Arnaud Montebourg vendredi. "Mitsubishi Motors Corporation a été profondément choqué par les commentaires attribués au représentant de son importateur en France, tels que rapportés par la presse française", a déclaré le constructeur automobile dans un communiqué.
Boursier.com - Arnaud Montebourg, égérie du "Made in France" dans 'Le Parisien'

L'entreprise nippone "souhaite par principe présenter ses excuses à Monsieur le ministre Montebourg ainsi qu'au gouvernement français pour les conséquences que ces propos ont pu avoir sur leur réputation et leur honneur", poursuit le communiqué, qui précise que Mitsubishi n'exprime pas d'opinion politique.