Montebourg charge Hyundai, qui répond

  • A
  • A
Montebourg charge Hyundai, qui répond
@ MAXPPP
Partagez sur :

EXCLU - Le directeur de Hyundai France a répondu aux attaques du ministre sur le dumping social.

Patrick Gourvennec n'a pas laissé longtemps les accusations d'Arnaud Montebourg sans réponse. Le directeur général de Hyundai France a réagi mercredi matin sur Europe 1 aux propos du ministre du redressement productif, qui a accusé mardi Kia et Hyundai de dumping social. 

Ce qu'a dit Arnaud Montebourg sur le dumping social : "Les travailleurs de Hyundai - Kia ont été en grève tout le mois d’août parce qu’ils veulent sortir de la journée de douze heures. Donc nous, nous sommes solidaires avec les travailleurs de Hyundai et de Kia car le dumping commercial ressemble à du dumping social".



Face à la Presse - Arnaud Montebourg, ministre...par 7pmTV

Ce que répond Patrick Gourvennec sur le sujet : "Ça nous a laissé coi. Nous avons construit et imaginé des voitures pour l'Europe, que nous produisons en Europe, principalement en République tchèque et en Turquie, comme la plupart des constructeurs français. Nous n'importons que 10% des voitures de Corée. Par ailleurs, qu'Arnaud Montebourg se rassure, les travailleurs coréens ne travaillent que 8h, et pas douze, il faut rétablir la vérité".


L'appel de Montebourg aux consommateurs français : "Je dis aux Français qui achètent des Hyundai et des Kia, ils participent à une forme de dureté sociale. La responsabilité du consommateur est de regarder ce qu'il y a derrière les vitres de la voiture".
 

25.09.Bandeau.Hyundai.Auto.Reuters.460.100

© REUTERS


Ce que répond Patrick Gourvennec : "L'appel au boycott ne me fait pas peur parce que le consommateur est suffisamment informé aujourd'hui pour éviter ce type d'amalgame ou de confusion entre des problématiques de dumping social qui n'existent pas, encore une fois, et un constructeur qui s'est régionalisé et fortement implanté sur l'Europe. Nos offres de garanties cinq ans kilométrage illimité, très fortes sur le marché, doivent énerver certains de nos concurrents. Mais ça n'est pas une réponse aux problématiques de la production française".