Moins de métiers pour les étrangers

  • A
  • A
Moins de métiers pour les étrangers
Le ministre de l'Intérieur souhaite, selon les Echos, diminuer de moitié la liste des métiers accessibles aux ressortissants non-communautaires.@ REUTERS
Partagez sur :

Le gouvernement va réduire de moitié la liste des métiers ouverts aux non-Européens.

Réduire l’immigration légale, c’est ce qu’avait dit souhaiter en avril dernier le ministre de l’Intérieur. Reprenant l'expression du président de la République en novembre 2010, Claude Guéant avait dit vouloir que les "étrangers, admis à séjourner sur notre territoire, trouvent du travail".

Cette volonté semble en marche, à en croire le quotidien Les Echos qui affirme lundi que la liste des métiers accessibles aux ressortissants non-Européens est réduite de moitié. Et que l’affaire devrait être bouclée dès "cet été", en vue d'"une révision au plus tard le 1er août 2013". Le journal a pu se procurer le projet du nouvel arrêté, qui vient d’être transmis aux syndicats, et dans lequel figurent ces éléments.

Le ministère de l'Intérieur a confirmé la décision mardi, répondant à la volonté des ministres de l'Intérieur et du Travail, Claude Guéant et Xavier Bertrand, de limiter l'immigration du travail pour faire baisser le chômage.

Plus que 15 métiers ouverts aux non-européens

La liste, créée en janvier 2008, répertoriait jusqu’à maintenant 30 familles de métiers ouverts aux étrangers. Elle devrait être ainsi réduite à 15, selon Les Echos. Objectif ? "Il s’agit de circonscrire cette liste aux métiers les plus qualifiés ou les plus spécifiques, correspondant à des besoins significatifs de main d'œuvre qui seraient impossibles à pourvoir à court terme avec des travailleurs déjà présents en France", note le journal en s’appuyant sur le courrier de la Délégation générale de l'emploi, adressé aux syndicats.

Cette liste pourra toutefois être modulable. Les Echos assurent que "les préfets pourront désormais circonscrire, pour leur région, de ne retenir qu’une partie" de ces métiers. Seule contrainte : qu’un métier au moins soit listé.

Le BTP fortement touché

Parmi les secteurs les plus touchés par cette restriction des immigrés étrangers : celui des Bâtiments et travaux publics (BTP). Dans le BTP, les postes de chargés d'études, de chefs de chantiers et de conducteurs de travaux devraient sortir de la liste, qui ne devrait plus inclure que le poste de dessinateur. Les agents d’assurance, les installateurs d’ascenseur ou encore les géomètres sont également des métiers supprimés de la liste. L'informatique va également être un secteur très touché : seules des fonctions d'experts devraient figurer sur la nouvelle liste.

Les métiers qui restent ouverts aux immigrants d’origine non-européenne sont notamment les métiers du téléconseil et la télévente. Les cadres de l’audit et du contrôle comptable, les ingénieurs en système d’information ou encore des techniciens du bois et des spécialistes de la transformation du verre sont également des métiers recherchés, tout comme les experts des produits mécaniques et de la production chimique et pharmaceutique.

Les syndicats se disent "très réservés"

A la suite de ce courrier, les syndicats ont fortement réagi. La CFDT a dit sa "surprise" aux Echos de découvrir que le ministère de l’Intérieur revienne discrètement et au milieu de l’été, sur le sujet. Quant à la CGT, elle dénonce "une mesure d’affichage à visée politique, mais qui ne changera pas grand-chose", écrit le quotidien.