Michel et Augustin : "L'industrie n’est pas incompatible avec la qualité"

  • A
  • A
Partagez sur :

Michel de Rovira et Augustin Paluel-Marmont, les deux fondateurs de la marque Michel et Augustin, livrent les clés de leur succès.

"Quand on s’est lancé dans l’aventure, il y a 11 ans, l’idée était de remettre le goût au cœur de nos préoccupations, avec des ingrédients de grande qualité". La formule de Michel de Rovira et Augustin Paluel-Marmont, les deux fondateurs de la marque Michel et Augustin, semble payer. Leur entreprise fait 35 millions de chiffre d'affaires en vendant des produits simples : notamment des cookies et des yaourts à boire, que l'on trouve en supermarché.

Des petits sablés ronds. "On a commencé par les petits sablés ronds. On a commencé à les vendre en faisant du porte à porte dans le quartier. On s’est laissé le temps d’apprendre. On a concocté des recettes chez moi. Puis dans une biscuiterie à Sablé-sur-Sarthe et c’est à ce moment là qu’on a eu le déclic", explique Augustin dans le Club de la Presse d'Europe 1. Un déclic industriel : "L'industrie n’est pas incompatible avec la qualité, assure le fondateur. On s’est dit avec Michel, il y a beaucoup d’usines qui cherchent des commandes, donc on va se concentrer sur la recherche et le développement."

Concilier le meilleur des deux mondes. "Nous, on cherche à réconcilier le meilleur des deux mondes, l’artisan qui a des très bons ingrédients mais qui parfois se lève du mauvais pied et n’a pas une qualité qui est la même du 1er janvier au 31 décembre, et l’industrie qui sait manier des 'process' exceptionnels et qui a une régularité remarquable”.

"On garde les meilleurs ingrédients de l’artisan et on applique les bons procédés. Aussi, on fait le pari que le consommateur est prêt à dépenser un tout petit peu plus pour une qualité nettement meilleure que tout ce qui trouve habituellement dans son rayon."