Martin Bouygues s'entoure de deux nouveaux directeurs généraux pour l'assister

  • A
  • A
Martin Bouygues s'entoure de deux nouveaux directeurs généraux pour l'assister
Martin Bouygues commence à préparer sa succession à la tête de l'empire familial.@ ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :

Au printemps dernier, le dirigeant confiait préparer activement une succession qui n'est "absolument pas un tabou". 

Le groupe Bouygues (BTP, immobilier, médias, télécoms) a annoncé mercredi la nomination de deux directeurs généraux délégués, Olivier Roussat, PDG de la filiale Bouygues Telecom, et Philippe Marien, actuel directeur financier, qui conservent par ailleurs leurs fonctions actuelles.

Bénéfice net de 152 millions d'euros. "Avec Olivier Bouygues, directeur général délégué depuis 2002, ils assisteront désormais Martin Bouygues dans sa mission de directeur général du groupe", selon une décision entérinée à l'unanimité par le conseil d'administration, a précisé le groupe dans un communiqué. Olivier Bouygues est l'un des frères de Martin Bouygues. Olivier Roussat et Philippe Marien sont respectivement âgés de 52 ans et 60 ans. Le groupe diversifié a fait cette annonce en marge de la publication d'un bénéfice net de 152 millions d'euros au deuxième trimestre 2016, en hausse de 32%. Bouygues "devrait poursuivre l'amélioration de sa profitabilité en 2016", a-t-il indiqué.

Un premier pas vers sa succession. En avril, lors de l'assemblée générale, le PDG du groupe familial Martin Bouygues, âgé de 64 ans, avait fait un premier pas vers sa succession, en faisant entrer au conseil d'administration deux trentenaires issus de la troisième génération, son fils Edward et son neveu Cyril. Après avoir passé près de trois décennies à la tête de l'empire familial où il avait succédé à son père et fondateur du groupe, Francis Bouygues en 1989, le dirigeant prépare sa succession.  "Dans un ou deux ans, je ferai évoluer sensiblement ma fonction pour précisément appeler auprès de moi des gens plus jeunes, plus dynamiques, plus en phase avec le monde moderne dans lequel nous vivons", avait alors déclaré Martin Bouygues.