Mariage entre la Fnac et Darty : pourquoi ça bloque ?

  • A
  • A
Mariage entre la Fnac et Darty : pourquoi ça bloque ?
Partagez sur :

La Fnac propose de racheter son concurrent. Mais l'offre ne convainc pas (encore) tout le monde. 

Darty ne se laisse pas séduire si facilement. Le conseil d'administration de l'entreprise a annoncé lundi avoir demandé un nouveau délai pour se prononcer sur la proposition de rachat faite par la Fnac. Pour l'heure, Darty ne semble pas ouvert au mariage.

Ce que promet la Fnac. Le 30 septembre, la Fnac avait proposé de racheter son concurrent, Darty, via un échange de titres entre actionnaires. En clair, la Fnac ne propose pas de cash, mais d'offrir des actions aux propriétaires de Darty, à hauteur de 720 millions d'euros. Selon la Fnac, qui cite une étude du cabinet Ernst and Young, la fusion pourrait entraîner 85 millions d'euros d'économies par an. En mutualisant leur logistique et leurs achats sur les télévisions, le Hi-FI, l'informatique ou l'électroménager, les deux groupes en ressortiraient plus fort.

Ce qu'attend Darty pour dire "oui". Le hic : les arguments de la Fnac n'ont séduit qu'un quart des actionnaires de Darty. Selon BFM Business, Régis Schultz, le patron de Darty, serait même "particulièrement hostile au projet et s'activerait en coulisse pour le faire capoter". D'abord, peu de monde chez Darty croit au chiffre de 85 millions d'euros d'économie, comme le relate ici Le Monde. Ensuite, et surtout, c'est le montant et le mode de paiement proposés par la Fnac qui font blocage. Plutôt qu'un paiement en actions, les actionnaires attendent du cash. Et ils estiment que leur bébé vaut plus cher.

Le conseil d'administration de Darty, groupe coté à Londres, indique ainsi lundi vouloir "examiner la possibilité d'une offre améliorée" et se pencher "sur l'opportunité d'introduire un paiement en espèces dans la transaction". Il demande également "une compréhension détaillée des synergies attendues d'un rapprochement entre" les deux groupes. Enfin, Darty réclame des précisions quant à la "faisabilité de la transaction" et "la protection des intérêts de Darty", selon un communiqué. Leur décision, initialement attendue pour le 28 octobre, est donc reportée au 11 novembre.