Macron et les "illettrés" de Gad : une polémique et un vrai sujet

  • A
  • A
Macron et les "illettrés" de Gad : une polémique et un vrai sujet
Partagez sur :

RETOUR SUR - Le ministre de l’Economie a jugé qu’une partie non négligeable des employés bretons  étaient "illettrés" avant de regretter ses propos.

L’info. Pour sa première interview en tant que ministre de l’Economie, mercredi sur Europe 1, Emmanuel Macron est revenu sur le dossier Gad, dont de nombreuses employées seraient "illettrées". Des propos fraîchement accueillis sur les réseaux sociaux où, quelques jours après la polémique sur les "sans dents", on oppose fréquemment le profil surdiplômé de l’ancien banquier d’affaires au profil des Français lambda. Emmanuel Macron a donc été contraint d'exprimer ses regrets, mercredi après-midi à l'Assemblée nationale. Sauf que, sur le fond, ses propos renvoient à une réalité bien concrète.

La déclaration. Alors que le ministre détaillait les blocages de la société française, il s’est attardé sur les tarifs et les délais d’attente pour passer le permis de conduire, que le gouvernement souhaite réduire. Et Emmanuel Macron d’expliquer qu’il y avait urgence en la matière, citant l’exemple des salariés des abattoirs Gad, dans la tourmente depuis 2013 et pour qui le permis est indispensable pour retrouver un emploi. Sauf que décrocher le fameux sésame suppose de maitriser la lecture et l’écriture.

"Dans les sociétés dans mes dossiers, il y a la société Gad : il y a dans cet abattoir une majorité de femmes, il y en a qui sont pour beaucoup illettrées ! On leur explique qu'elles n’ont plus d’avenir à Gad et qu’elles doivent aller travailler à 60 km ! Ces gens n'ont pas le permis ! On va leur dire quoi ? Il faut payer 1.500 euros et attendre un an ? Voilà, ça ce sont des réformes du quotidien, qui créent de la mobilité, de l'activité !", a-t-il déclaré.



Emmanuel Macron et les "illettrés" des...par Europe1fr

>> VIDEO - L'intégralité de l'interview d'Emmanuel Macron sur Europe 1

Macron accusé de mépris. Cette déclaration n’a pas tardé à faire réagir, notamment sur Twitter.

Et même les politiques s’en sont emparés, à l’image de l’UMP Valérie Debord :

Mais il soulève un vrai problème. Face à l’émoi provoqué, notamment en Bretagne, le cabinet d’Emmanuel Macron n’a pas tardé à contacter le rédaction du quotidien régional Le Télégramme pour concéder que le ministre  avait utilisé un terme "extrêmement blessant". Et qu’il n’avait "aucun mépris envers les salariés" de Gad.

gad abattoir 1280

© maxppp

Une fois ce volet politique et sémantique refermé, qu’en est-il des faits ? En décembre 2013, Europe 1 précisait que le taux d’illettrisme avoisinait les 20% chez les salariés des abattoirs Gad, un chiffre confirmé à Europe 1 mercredi par des sources syndicales. Or ce taux s’établit à 9,5% au niveau national, selon les chiffres de l’Insee datant de 2010. Le taux d’illettrisme est donc deux fois supérieur chez les employés des abattoirs, et cela s’explique : toujours selon l’Insee, l’illettrisme est plus important dans les zones rurales et augmente avec l’âge. Or la moyenne d’âge des employés Gad est de 42 ans, avec un parcours scolaire souvent raccourci. Emmanuel Macron a juste oublié de préciser qu'il s'agit d'une minorité.

Une problématique dont les abattoirs Gad se sont déjà emparés. Conscient de ce problème d’illettrisme, les abattoirs Gad se sont penchés sur le sujet dès 2010 en proposant à leurs salariés volontaires une formation "Maîtrise des savoirs fondamentaux". Pendant quatre mois et demi, les salariés intéressés participent tous les mercredis à cette formation prodiguée par l’Arep, l’organisme de formation continue du Pays de Ploërmel, comme le racontait Ouest France en avril 2014.

"L'entreprise et les différents postes de travail sont des supports pour travailler la lecture, l'écriture et l'expression orale. Au-delà de l'acquisition des savoirs de base, ce dispositif permet aussi aux salariés de reprendre confiance en eux. Chaque année, deux sessions de formations sont organisées", précise le Gref Bretagne.

Lire et écrire, indispensable pour retrouver un emploi. La déclaration malencontreuse d’Emmanuel Macron renvoie donc à une réalité bien concrète. Et les employés des abattoirs Gad de Josselin risquent bien de devoir trouver un travail : après la fermeture du site de Lampaul-Guimiliau, fin 2013, le tribunal de commerce de Rennes a prononcé jeudi la liquidation judiciaire du site avec une poursuite d'activité de trois mois pour permettre au groupe Intermarché de déposer une offre de reprise.

permis de conduire ceinture de sécurité

© MAXPPP

En cas de non-reprise, près de 1.000 personnes vont devoir chercher un emploi. Et les statistiques sont formelles : "à niveau et sexe identiques, un jeune actif possédant le permis de conduire a deux fois plus de chances de trouver un travail", selon l’Insee. D’où la déclaration d’Emmanuel Macron, pour qui une réforme du permis de conduire, avec un délai raccourci et une baisse des tarifs, est un levier pour relancer l’emploi. Mais qui nécessite aussi une amélioration de la formation continue pour permettre à tous une mise à niveau des capacités de lecture et d’écriture, indispensables pour décrocher le fameux permis.

Ce que n'a pas manqué de souligner Emmanuel Macron dans son mea culpa quelques heures plus tard : "Je prenais cet exemple précisément parce qu'il est une injustice exemplaire, parce que précisément cet exemple de Gad pour lequel plusieurs députés ici se sont battus (...) c'est que ces salariées n'ont pas eu la formation et la formation continue qu'elles étaient en droit d'attendre". "C'est parce que souvent, elle n'ont précisément pas eu, c'était l'exemple que je voulais prendre, le permis de conduire qu'on doit (le) leur donner", a ajouté le ministre, avant de présenter à nouveau ses "excuses les plus plates".

NB : il ne faut pas confondre l’illettrisme et l’analphabétisme. Dans le premier cas, les personnes concernées ont appris à lire et écrire mais en ont perdu la maîtrise. Dans le second, les personnes n’ont pas bénéficié d’un enseignement en bonne et due forme.