Loi Travail : le patronat vent debout contre la surtaxation des CDD

  • A
  • A
Loi Travail : le patronat vent debout contre la surtaxation des CDD
C'est au tour des patrons de s'insurger contre les nouvelles mesures de la loi Travail.@ PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :

Manuel Valls a annoncé lundi une série de mesures pour calmer les jeunes. Mais c'est le patronat qui est désormais insatisfait.

Quand les uns sont contents, les autres grincent des dents. Si les syndicats étudiants se disent satisfaits par les mesures jeunes annoncées lundi par le Premier ministre Manuel Valls - tout en souhaitant toujours le retrait du texte -, ces annonces ont en revanche énervé le patronat, qui menace à son tour le gouvernement de représailles.

La surtaxation des CDD dans le viseur. Le point d'achoppement ? L'annonce, parmi les mesures, d'une surtaxation des CDD. Le but est de forcer les patrons à embaucher notamment des jeunes en CDI puisque le CDD leur coûterait un peu plus cher. Une mesure qui s’avérera contre-productive pour le CGPME (Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises), qui dénonce le fait que la création d’un impôt n’a jamais permis de créer de l’emploi, le but principale de la loi El Khomri.

Les négociations sur le montant de la taxation s'annoncent rudes. L'autre paramètre qui pose problème est le montant de cette nouvelle taxation. Les patrons vont devoir se mettre d'accord avec les syndicats dans le cadre de la négociation sur l'assurance chômage. Et le Medef a déjà mis son veto. L'organisation patronale a annoncé ne pas vouloir négocier. Les patrons se sentent pris en otage et ne voient pas comment se mettre d'accord avec les syndicats sur une telle question. La CGPME a également menacé de quitter totalement cette négociation. Si elle met cette menace à exécution, le gouvernement devra trancher toutes les questions liées à l'assurance chômage. 


L'intérêt des contrats courts pour les entreprises. Pour l’employeur, l’intérêt de privilégier les contrats courts est évident : cela permet de ne pas s’engager sur le long terme, tout en ayant sous la main des travailleurs prêts à revenir ponctuellement, puisque l’assurance chômage peut les financer le reste du temps. "Nombre d’entreprises ont adapté leur gestion de la main d’œuvre pour exploiter au mieux les avantages offerts par l’assurance chômage" : les entreprises cumulent les avantages mais transfèrent les inconvénients à l’assurance chômage, et donc aux autres entreprises et travailleurs, pointe le CAE (Conseil d'analyse économique).