Livret A : et si son taux baissait encore ?

  • A
  • A
Livret A : et si son taux baissait encore ?
@ GUILLAUME BAPTISTE/AFP
Partagez sur :

Le taux du livret d'épargne le plus populaire en France est une nouvelle fois l'objet de tensions. Alors qu'il devrait mécaniquement baisser, le gouvernement choisira-t-il de le maintenir à 1% ?

Nouvelles tensions autour du Livret A. Le livret d'épargne le plus populaire de France verra-t-il son taux descendre sous le plancher historique actuel (1%) ? La question est relancée. Lorsque l'inflation sera connue, le 15 juillet, le gouverneur de la Banque de France aura à se prononcer sur le futur taux du Livret A pour une révision effective au 1er août. 

Quelle formule appliquer ? S'il choisit de suivre la formule de calcul, faisant essentiellement intervenir le niveau de l'inflation, sa décision s'appliquera. S'il souhaite, en revanche, y déroger, la décision finale reviendra au gouvernement. Cette formule de calcul demande de prendre en considération l'inflation (hors tabac) et de la majorer de 0,25 point, afin que soit préservé le pouvoir d'achat de l'épargne des ménages, en arrondissant ensuite au quart de point le plus proche. "Il pourrait y avoir une logique à laisser jouer la formule", a indiqué Christian Noyer. 

Le taux actuel est un obstacle à la reprise économique. Mais le gouverneur a relevé lundi que la rémunération actuelle du Livret A, qui est identique à celle du Livret de Développement durable (LDD), constituait un obstacle à la politique menée par la Banque centrale européenne (BCE) pour favoriser la reprise de l'activité économique en Europe. Christian Noyer a même expliqué lundi qu'il était "hors de question que le taux ne baisse pas au cours de l'année".

La construction de logements sociaux en pâtit. Avec un Livret A dont les dépôts sont rémunérés à 1%, cette ressource coûte donc plus cher aux banques, mais aussi aux organismes HLM, qui utilisent les fonds de ce produit d'épargne -centralisés pour une large part par la Caisse des dépôts- afin de construire des logements sociaux. Selon le gouverneur de la Banque de France, le surcoût estimé pour 2014 de la rémunération avantageuse du Livret A par rapport aux conditions de marché correspond ainsi à la construction d'environ 5.000 logements.

Mi-janvier, Christian Noyer, sur Europe 1, réclamait déjà d'abaisser le taux du Livret A à 0,75%. Ecoutez :