Les hausses d'impôts se précisent

  • A
  • A
Les hausses d'impôts se précisent
L'effort de réduction du déficit public sera "le plus important depuis 30 ans" assure François Hollande.@ MAXPPP
Partagez sur :

L'exécutif prévoirait entre 15 et 20 milliards d'euros d'impôts en plus et 17,5 milliards de réduction de dépenses.

L'effort pour réduire le déficit public en 2013, qui sera au cœur de l'intervention télévisée du président François Hollande dimanche sur TF1, va entraîner "15 à 20 milliards d'euros" de hausses d'impôts, selon le Journal du dimanche qui cite une source anonyme.

Cela représentera l'essentiel des mesures du projet de budget 2013 pour ramener le déficit public à 3% du PIB à la fin 2013, comme s'y est engagé le chef de l’État, souligne le JDD, qui précise que l'exécutif table sur une prévision de croissance pour 2013 "au maximum à 1%".

La charge sera répartie pour moitié sur les entreprises, l'autre moitié sur les ménages les plus aisés, assure la source du JDD. Côté particulier, le gouvernement va toucher à l'impôt sur le revenu, qui "pèsera plus lourd sauf pour les classes moyennes." Une nouvelle tranche à 45% sera créée sur les foyers percevant plus de 150.000 euros par an. Plusieurs avantages fiscaux seront également revus à la baisse. Les revenus de l'épargne, notamment, seront soumis au barème de l’impôt sur le revenu.

» Lire également : Hollande promet l'orthodoxie budgétaire

17,5 milliards de dépenses en moins 

S'y ajouteront 10 milliards au titre des économies réalisées au sein de l'Etat, 2,5 milliards trouvés au sein de la Sécurité sociale et 5 milliards provenant des mesures prises à l'été 2012 comme la fiscalisation des heures supplémentaires.

François Hollande avait prévenu vendredi que l'effort de réduction du déficit public serait "le plus important depuis 30 ans". Cela représente "un peu plus de 33 milliards d'euros en termes d'inflexion des dépenses et en termes de recettes supplémentaires", avait rappelé le président qui s'exprimait devant la Cour des comptes. Il avait promis que l'effort serait "justement partagé".

» Lire aussi : Hollande assume son style de présidence