Les futurs trains "low cost" de la SNCF

  • A
  • A
Les futurs trains "low cost" de la SNCF
La SNCF travaille à l'élaboration d'une offre TGV low cost.@ Reuters
Partagez sur :

La compagnie pourrait lancer des billets au tarif unique de 25 euros dès 2013. Sous conditions.

La SNCF sur le point de lancer une offre TGV low cost ? La compagnie ferroviaire plancherait actuellement une nouvelle offre à bas prix, révélait RTL lundi. Un projet que la direction n'avait, en réalité, pas l'intention de dévoiler aussi vite mais que les syndicats ont fait fuiter après l'avoir découvert il y a un mois. Son nom de code : "ASPARTAM".

Selon les informations obtenues par Europe 1, 62 trajets seraient prévus par semaine. Les réservations pourraient être ouvertes à partir de janvier 2013 pour des premiers trains annoncés dès avril.

Un billet non remboursable

Ces billets low cost devraient garantir des prix très bas, à moins de 25 euros. Ce qui correspond au meilleur tarif des actuels billets Prem's. Mais, et c'est là le revers de la médaille, les billets ne seraient pas remboursables. De plus, ils ne pourraient être achetés que sur Internet.

Autre nuance de taille : ces trains, à destination de Lyon, Montpellier et Marseille, partiraient pour Paris... de la gare Marne-la-Vallée-TGV, à une trentaine de kilomètres de la capitale, en passant par Lyon-Saint-Exupéry.

Les trains accueilleraient "un maximum de passagers" à bord de quatre rames en duplex utilisées à cet effet, ne disposant pas de la première classe et du wagon restaurant dans lequel des sièges seraient disposés. Les voyageurs n’auraient droit qu'à un seul bagage, le deuxième pouvant devenir payant, comme dans les compagnies aériennes low cost. Et l'accès à des prises de courant pourrait aussi être payant.

Les premiers trains en avril 2013 ?

Dans un entretien aux Echos en avril, la directrice générale de SNCF Voyages Barbara Dalibard avait déjà indiqué que la SNCF travaillait à l'élaboration d'un TGV low cost dans le cadre d'une "meilleure segmentation de l'offre, en examinant attentivement les besoins exprimés par les différents clients". Certaines personnes “sont très sensibles au prix, et le font primer sur un certain nombre d'autres aspects", avait-elle expliqué. "Pour répondre à cette dernière clientèle, nous travaillons effectivement sur une offre TGV low cost", avait-elle reconnu, sans autre précision.

Seule certitude : la SNCF a déjà réservé des "sillons" pour les cinq ans à venir, c'est-à-dire des horaires de passage précis. Elle viserait avec cette nouvelle offre "low cost" 1,6 million de passagers par an.