Les femmes victimes de la crise

  • A
  • A
Les femmes victimes de la crise
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les entrepreneurs avouent préférer les hommes en cas de difficultés, d’après une enquête.

En temps de crise, les femmes sont délaissées par rapport aux hommes dans le milieu professionnel. C’est ce qui ressort d'une enquête sur "les femmes et le travail" de la Cegos, spécialiste de la formation professionnelle et du conseil d’entreprise. 900 femmes et 200 DRH ont été interrogés sur le sujet.

En temps de crise, ils choisissent les hommes

51% des directeurs de relations humaines (DRH) reconnaissent ainsi à travers cette étude qu’en cas de difficultés économiques, les femmes sont plus fragilisées. La raison ? Ils estiment que les femmes sont plus sensibles ou alors qu’elles ont des difficultés à faire face à la pression professionnelle.

Des arguments qui ne convainquent pas Annick Cohen-Haegel, responsable des formations "Direction des RH et gestion des compétences" à la Cegos. Elle estime que c’est l’"insconscient collectif qui est remis au goût du jour quand il y a crise". Elle explique ainsi à Europe 1 que "l’homme c’est le soutien de famille : donc on va donner la priorité aux hommes. Ces clichés vont impacter la décision des DRH dans la préférence qui est donnée aux hommes par rapport aux femmes".

Une femme, "un atout et un handicap"

Pour un tiers des DRH, être une femme dans le monde du travail est "un atout et un handicap" à la fois. Un avis partagé par les femmes. Elles sont nombreuses à estimer que des "aptitudes ou des qualités sont typiquement féminines", comme la capacité à être multitâches (78%) et le sens de l’organisation (67%). Mais seuls 40% des responsables d’entreprises partagent leur opinion.

Enfin, les entreprises disent à 79% faire le maximum pour réduire les inégalités entre les hommes et les femmes. Les DRH estiment avoir mis des dispositifs en prenant en compte les contraintes familiales. Seulement 49 % des femmes partagent leur avis.