C'est officiel, le groupe de luxe LVMH veut racheter Le Parisien

  • A
  • A
C'est officiel, le groupe de luxe LVMH veut racheter Le Parisien
Partagez sur :

MEDIAS - Le groupe LVMH, propriétaire du quotidien Les Échos, est en négociation exclusive pour le rachat du quotidien Le Parisien/Aujourd'hui en France.

Le quotidien Le Parisien pourrait bien changer de propriétaire. Actuellement détenu par le groupe Amaury, le quotidien intéresse le groupe LVMH, qui a déclaré dans un communiqué avoir déposé une offre et entamé des négociations exclusives. Selon Le Figaro, LVMH aurait proposé 50 millions d'euros pour le quotidien, ainsi que sa filiale de distribution Proximy. Un rachat qui devra cependant recueillir le feu vert de l'Autorité de la concurrence.

Le groupe Amaury est vendeur. Depuis 2010, les rumeurs affirmant que Le Parisien est à vendre revenaient régulièrement. Car si le quotidien a longtemps été un modèle en terme de diffusion, ses ventes ont elles aussi commencé à baisser suite à l'apparition de la presse quotidienne gratuite et surtout à l'essor des smartphones permettant de consulter les informations. Résultat, quatre années de pertes avant un retour à l'équilibre en 2014.

Le propriétaire du quotidien, le groupe Amaury, serait d'autant plus enclin à vendre Le Parisien que cela lui permettrait d'homogénéiser ses activités. En effet, ses autres actifs sont presque tous axés sur le sport : le quotidien L'Equipe et sa déclinaison sur la TNT, l'agence photo Presse Sports, mais aussi A.S.O. (Amaury Sport Organisation). Un sigle qui ne vous dit peut-être rien, mais qui est derrière l'organisation d'événements sportifs incontournables : le Tour de France, le Critérium du Dauphiné, Paris-Roubaix, la Flèche Wallonne, Liège-Bastogne-Liège ainsi que de nombreuses autres épreuves cyclistes (Qatar, Oman, Beijing), sans oublier le Paris-Dakar.

Le groupe LVMH est acheteur. Si on peut comprendre l'intérêt du groupe Amaury à vendre Le Parisien, que vient donc faire le groupe LVMH, connu pour ses marques de luxe, dans cette affaire ? Tout simplement parce que le groupe dirigé par Bernard Arnault est aussi présent dans les médias avec le quotidien Les Echos, la radio Radio Classique, ou encore les magazines Investir, Connaissance des arts ou encore Classica. Acquérir Le Parisien lui permettrait donc de compléter cette offre avec un quotidien généraliste. Avec, à la clef, un véritable groupe de médias et donc de plus grandes marges de manœuvres en terme d'offres et de tarifs publicitaires.

"Ce quotidien reconnu et respecté contribuera à la performance de notre groupe de presse par sa forte complémentarité avec les titres qui le constituent aujourd'hui", a commenté Francis Morel, PDG du groupe Les Échos, cité dans le communiqué. D'autant plus qu'en face, la concurrence est aussi en pleine concentration : Patrick Drahi vient d'acheter Libération et L'Express, tandis que le trio Bergé-Niel-Pigasse a pris le contrôle de L'Obs et est devenu actionnaire majoritaire du Monde.