Le mythique Combi Volkswagen rentre au garage

  • A
  • A
Le mythique Combi Volkswagen rentre au garage
@ MaxPPP
Partagez sur :

La dernière doit sortir le 20 décembre de l'usine de Sao Bernardo do Campo, au Brésil.

D'ici quelques jours, le mythique Combi de Volkswagen, utilitaire fétiche des hippies et symbole de liberté, disparaîtra définitivement des chaînes de production sans pour autant mettre un terme à sa légende. Avec la fin de sa fabrication au Brésil, où il était encore assemblé dans sa version de 1967, ce mini-bus au look vintage qui connut son heure de gloire dans les années 1960 et 1970 va définitivement tirer sa révérence. La décision a été annoncée au coeur de l'été par le constructeur. Pour dire adieu à ce modèle qui détient le record mondial de longévité, une édition spéciale a été lancée.

>>  A lire aussi : Volkswagen ne fabriquera plus de "Combi"

Face à l'intérêt suscité, le constructeur allemand a accepté de doubler à 1.200 le nombre d'unités de cette série limitée, destinée exclusivement au marché brésilien, a indiqué un porte-parole à l'AFP. La dernière doit sortir le 20 décembre de l'usine de Sao Bernardo do Campo, qui en a produit plus d'1,6 million depuis 1957. Cette camionnette à moteur arrière, baptisée "Combi" en France, "Kombi" au Brésil ou encore "Bulli" en Allemagne, est née du coup d'oeil d'un importateur néerlandais, Ben Pon.

Lors d'une visite au siège de Volkswagen, à Wolfsburg, en 1947, il remarque un véhicule bricolé par des ouvriers de l'usine pour charger du matériel. Séduit, il en tire une esquisse et finit par convaincre VW, qui en démarre la production en série en mars 1950, créant ainsi le deuxième modèle de la jeune histoire du groupe après la Coccinelle. Le Combi s'appuie d'ailleurs largement sur cette dernière, à qui il emprunte le moteur et les essieux.

"Son essor s'inscrit dans le cadre du miracle économique allemand des années 1950", alimenté par le plan Marshall destiné à reconstruire le pays, souligne Ferdinand Dudenhöffer, spécialiste automobile. "Les artisans et commerçants avaient besoin d'un utilitaire pas cher pour travailler".