Le "M. Sécurité" convoqué chez Renault

  • A
  • A
Le "M. Sécurité" convoqué chez Renault
@ MAXPPP
Partagez sur :

INFO E1 - Dominique Gevrey ne pourra pas se rendre à ce rendez-vous car il est incarcéré.

Le responsable du service de sécurité de Renault, Dominique Gevrey, a reçu une convocation qu’il aura du mal à honorer. Il est convoqué mardi à 14 heures, au siège de Renault, pour un entretien préalable à son licenciement.

Seul problème : Dominique Gevrey, mis en examen il y a huit jours pour escroquerie, est actuellement incarcéré à la prison de la Santé. Faute de pouvoir se rendre à ce rendez-vous, il sera représenté par un délégué syndical mandaté par son avocat.

En quête de son mystérieux informateur

Dominique Gevrey a été mis en examen dimanche dernier pour escroquerie en bande organisée dans le cadre de l'affaire d'espionnage présumé. Il avait été interpellé à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle alors qu'il s'apprêtait à s'envoler pour la Guinée.

Les enquêteurs veulent démasquer sa source, qui lui aurait permis de prouver l'implication des trois cadres soupçonnés d'espionnage, licenciés et finalement innocentés. Problème : cette personne n’a toujours pas été identifiée et une bonne partie de l’argent que Renault devait lui verser a été retrouvée sur un compte bancaire suisse appartenant à Dominique Gevreye. Dans son édition du 16 mars, Le Canard Enchaîné estime donc que cette “source“ serait tout simplement fictive et que Dominique Gevrey arnaquait son propre employeur pour conserver les “récompenses“ destinées à sa source.

Renault s’est constitué partie civile

La direction de Renault a reconnu avoir peut-être été victime d'une manipulation et non d'espionnage industriel. Les soupçons d'espionnage avaient conduit le groupe automobile français à porter plainte et à licencier trois de ses cadres.

Depuis, le groupe a présenté ses excuses à ces trois personnes et s'est engagé à ce qu'une réparation leur soit apportée. Le groupe automobile a par ailleurs annoncé s'être constitué partie civile lundi dans l'enquête pour escroquerie en bande organisée.