Le gel du salaire des fonctionnaires confirmé

  • A
  • A
Le gel du salaire des fonctionnaires confirmé
Pour les fonctionnaires du bas de l'échelle, la situation est particulièrement mal vécue.
Partagez sur :

Le gouvernement a assuré mardi qu'il y avait une "progression raisonnée" du pouvoir d'achat.

Le gouvernement a tranché : l'indice salarial des fonctionnaires en 2012 a été gelé pour la seconde année consécutive, ont annoncé les syndicats, à l'issue d'une réunion à Bercy. Une décision attendue. Lors d'un point de presse, François Baroin a évoqué une "progression raisonnée" du pouvoir d'achat dans la Fonction publique.

Les syndicats, de leur côté, n'ont pas tardé à dire leur colère. Jean-Marc Canon, pour la CGT, s'est dit "profondément mécontent" de cette annonce, évoquant "une mesure sans précédent depuis la Libération". Selon lui, le gouvernement n'a annoncé "aucune mesure qui soit réellement intéressante" et "n'entend pas ce que lui disent toutes les organisations syndicales".

Les fonctionnaires considèrent que le point d'indice est la pierre angulaire de la rémunération des fonctionnaires. Mais cette analyse n'est pas partagée par François Baroin. "Ce n'est pas le seul élément du niveau de rémunération des fonctionnaires, a déclaré le ministre. " Il y a eu plusieurs années d'avancées conséquentes qui ont permis depuis 2007 une augmentation de plus de 10% du pouvoir d'achat des fonctionnaires dans notre pays".

Réunion syndicale la semaine prochaine

Reste que, dans les faits, les fonctionnaires qui ne bénéficieront pas de promotion ou de mesure catégorielle resteront sur la touche. Le sujet est d'autant plus sensible qu'il intervient au moment où le gouvernement évoque une prime, elle aussi critiquée, pour certains salariés du privé.

Pour les fonctionnaires du bas de l'échelle, la situation est particulièrement mal vécue. Ainsi Christophe, agent du service hospitalier à l'Hôpital Tenon à Paris, peine à joindre les deux bouts avec son salaire de 1.289 euros net. Son salaire n'a augmenté que de 190 euros depuis le début de sa carrière en 1998. "Notre pouvoir d'achat n'a pas augmenté mais tout a augmenté autour de nous", déplore-t-il au micro d'Europe 1.

"A la fin du mois, on se retrouve avec 50 euros", explique Christophe :

Pour organiser la riposte, les syndicats ont d'ailleurs prévu de se retrouver dès la semaine prochaine.