Le Foll n’a pas convaincu les bonnets rouges

  • A
  • A
Le Foll n’a pas convaincu les bonnets rouges
Malgré ses annonces, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll n'a pas réussi a convaincre tout le monde autour de la table.@ Maxppp
Partagez sur :

Le ministre de l’Agriculture a promis de l’argent, pas suffisant pour le collectif breton qui appelle à une nouvelle manifestation.

L’INFO. Il était attendu de pied ferme. On ne peut pas dire que le déplacement du ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll et de son ministre délégué à l’agroalimentaire Guillaume Garot ait eu l’effet escompté. Malgré la promesse d’environ un milliard d’euros d’investissements, les “bonnets rouges” ont annoncé une nouvelle manifestation le 30 novembre dans la région.

Faire évoluer l’industrie. Au delà de l’argent, le ministre de l’Agriculture est surtout venu exposer la stratégie du gouvernement pour la Bretagne. “Maintenant, il est temps qu’on pense à construire des filières sans aide à l’exportation”, a-t-il expliqué dès le début de sa visite. Un clin d’oeil à peine dissimulé à la situation du volailler Tilly-Sabco, en difficulté depuis le retrait des aides européennes.

Plus globalement, Stéphane Le Foll a appelé à une évolution du modèle de production agricole breton vers plus de respect de l’environnement. “La question de l’agroécologie, c’est ça aussi l’évolution de la Bretagne aujourd’hui. Je parle d’évolution et non de table rase”, a-t-il tenu a préciser.

Un milliard d’euros d’investissement de l’Etat. La mutation de l’économie bretonne devra passer par de forts investissements, c’est cela aussi qu’était venu annoncer le ministre de l’Agriculture. La part du Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader) attribué à l’agriculture bretonne sera doublé pour atteindre 368 millions d’euros. A cela, l’Etat ajoutera un peu plus d’un milliard d’euros : 450 millions seront issus de la Banque Publique d’Investissement (BPI), les 555 autres millions viendront de crédits d’impôts.

Les bonnets mécontents. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces annonces n’ont pas convaincu. Le collectif des “bonnets rouges” s’est empressé d’annoncer la poursuite de la mobilisation pour le 30 novembre prochain, laissant à peine le temps à la réunion de se terminer.

Face “à l’absence de réponses du gouvernement aux problèmes des Bretonnes et des Bretons, le collectif pour l’emploi “Vivre, décider et travailler en Bretagne” a acté le principe d’un nouveau grand rassemblement, grave et pacifique”, a déclaré Thierry Merret, président de la FDSEA du Finistère et membre du collectif.

Le syndicat FO ne s’était quand à lui même pas présenté à la réunion organisée à Rennes par le ministre estimant qu’il était “déplacé” de “festoyer” alors que la période est marquée par des restructurations dans la régions. En tout, ce sont près de 2.000 emplois qui sont directement menacés chez les volaillers Doux et Tilly-Sabco, les abattoirs Gad SAS et la société de saumon fumé Marine Harvest.

sur le même sujet

• POLITIQUE - Marseille/Bretagne : le couac de com’

• PORTRAIT - Troadec, ce Breton qui défie l'Elysée

• POLEMIQUE - L'impunité des "bonnets rouges" fait polémique

• ECO - Écotaxe : les portiques détruits, ça va coûter cher