Le déficit commercial se creuse très fortement en janvier

  • A
  • A
Le déficit commercial se creuse très fortement en janvier
Le déficit commercial s'est aggravé d'un milliard d'euros avec l'Union européenne.
Partagez sur :

Le déficit commercial de la France affiche en janvier 2017 le niveau jamais atteint de 7,9 milliards d’euros.

Le déficit commercial de la France s'est très fortement creusé en janvier, pour atteindre le niveau "jamais atteint" de 7,9 milliards d'euros, ont annoncé mercredi les Douanes dans un communiqué. "Cette aggravation très forte est due en partie au niveau extrêmement bas des ventes d'Airbus" et à l'"importation inhabituelle à cette date de certains produits pharmaceutiques", selon cette source.

53,1 milliards de déficit en un an. Les exportations ont reculé en janvier de 7,7% après une hausse de 4% en décembre 2016, tandis que les importations ont continué de progresser, augmentant de 2,9% après la hausse de 1% en décembre, détaillent les Douanes. Au cours des douze derniers mois, le déficit cumulé a atteint 53,1 milliards contre 47,9 milliards pour la même période un an auparavant. "La détérioration de la balance commerciale est considérable pour le secteur aéronautique où un faible excédent est cependant préservé", souligne le communiqué. "Un reflux des ventes était certes attendu après la performance exceptionnelle d'Airbus en décembre, mais le niveau des livraisons réalisées par le groupe est plus faible qu'en janvier des années antérieures, ce qui en accroît l'amplitude", ajoute-t-il.

La facture énergétique de la France aggravée. Du côté du secteur pharmaceutique, les importations ont augmenté en raison d'"un approvisionnement exceptionnel en principes actifs depuis l'Autriche". Par ailleurs, la remontée des prix du pétrole et une amplification des achats d'hydrocarbures ont aggravé la facture énergétique de la France. Par zone géographique, le solde commercial s'est particulièrement dégradé vis-à-vis de l'Asie, où seulement deux Airbus ont été livrés.

Le déficit commercial s'est aggravé d'un milliard d'euros avec l'Union européenne, en raison notamment des achats pharmaceutiques à l'Autriche mais aussi du repli des ventes aéronautiques au Royaume-Uni. Avec l'Europe hors UE, le déficit double presque. Au Moyen-Orient, "le solde avec l'Arabie saoudite est le premier touché, au point de redevenir déficitaire", en raison des faibles ventes d'Airbus et d'importants achats de pétrole brut.

Mauvaise performance des échanges de services. Le solde des transactions courantes de la France vis-à-vis du monde s'est de fait lui aussi aggravé, le déficit se creusant pour atteindre 7 milliards d'euros, après un déficit de 1,2 milliard en décembre 2016, a indiqué de son côté la Banque de France. Outre la mauvaise performance concernant les échanges de biens, ceux de services, pris en compte dans la balance des transactions courantes, sont devenus légèrement déficitaires, de 400 millions d'euros, contre un excédent de 300 millions en décembre. 

C'est le solde des transactions courantes qui in fine détermine si un pays a acquis sur une période la capacité de prêter des capitaux au reste du monde ou a besoin d'en emprunter, sa tendance à s'enrichir ou s'appauvrir. Le commerce extérieur demeure depuis plusieurs années le talon d'Achille de l'économie française, en dépit des efforts du gouvernement pour améliorer la compétitivité des entreprises.

Pour l'année 2016, le déficit commercial s'est dégradé plus que prévu, pour s'établir à 48,1 milliards d'euros, ce qui constitue une rupture avec la tendance à la baisse de ces dernières années.