Le déficit budgétaire en baisse fin octobre, à 77,1 milliards d'euros

  • A
  • A
Le déficit budgétaire en baisse fin octobre, à 77,1 milliards d'euros
Cette amélioration dévoilée vendredi par Bercy a permis de compenser en grande partie la hausse des dépenses. Image d'illustration. @ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

Bercy a expliqué vendredi que cette baisse est due à la hausse des recettes fiscales, notamment celles issues de la TVA.

Le déficit budgétaire a reculé de 8,4 milliards d'euros sur les dix premiers mois de l'année, atteignant 77,1 milliards d'euros fin octobre contre 85,5 milliards à la même date un an plus tôt, a annoncé vendredi le ministère des Finances.

Davantage de recettes liées à la TVA. Cette dynamique s'explique notamment par une hausse des recettes fiscales, en particulier des recettes issues de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), précise le ministère dans un communiqué. Au 31 octobre 2017, les recettes nettes de l'Etat se sont établies à 260,1 milliards d'euros, contre 251,8 milliards voilà un an, soit une hausse de 8,3 milliards d'euros. Selon le ministère des Finances, les seules recettes fiscales ont augmenté en un an de 8,1 milliards d'euros, et celles issues de la TVA de 5,3 milliards d'euros.

Compenser la hausse des dépenses. Cette amélioration a permis de compenser en grande partie la hausse des dépenses, qui ont atteint 328,3 milliards d'euros, contre 318,3 milliards au 31 octobre 2016. Cette hausse, selon le ministère, est liée à la recapitalisation d'Areva, financée sur crédits budgétaires pour 1,5 milliard d'euros, et à la révision à la hausse des dépenses des ministères actée dans le projet de loi de finances présenté fin septembre.

Amélioration des "comptes spéciaux". Le budget de l'Etat a par ailleurs bénéficié d'une amélioration des "comptes spéciaux", utilisés pour des opérations ponctuelles et spécifiques, comme la vente d'actions publiques. Le solde de ces comptes s'est établi fin octobre à -8,9 milliards d'euros, contre -19 milliards il y a un an, précise Bercy, qui explique cette amélioration par des reversements par la Coface de sommes liées à l'aide au commerce extérieur et par un décalage dans le temps des remboursements prévus pour le préfinancement de la politique agricole commune.