Le chômage devrait poursuivre sa lente décrue en France, selon l'OCDE

  • A
  • A
Le chômage devrait poursuivre sa lente décrue en France, selon l'OCDE
L'inversion de la courbe du chômage semble s'installer.@ JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

Le taux de chômage se situe actuellement à 9,7% en France métropolitaine. Il devrait terminer l'année à 9,6% selon l'OCDE avant de baisser lentement.

Le taux de chômage devrait poursuivre sa lente décrue, pour s'établir en 2018 à 9,3% en métropole et 9,6% en France entière, selon les dernières perspectives économiques de l'OCDE publiées lundi. L'indicateur s'élevait au troisième trimestre à 9,7% en métropole (10% en France entière), selon l'Insee. L'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) prévoit que le taux termine l'année à 9,6% (9,9%), avant de baisser à 9,4% (9,7%) en 2017, puis à 9,3% (9,6%) en 2018.

Incertitude de la présidentielle. Cette "baisse progressive" résulterait de la "modeste reprise de la croissance, combinée à une poursuite des baisses de taxes et de nouvelles primes à l'embauche", selon l'OCDE, qui souligne toutefois "l'incertitude considérable" que fait peser l'élection présidentielle de 2017.

Nouvelles baisses de charges nécessaires. Des "baisses d'impôts et de cotisations sociales" ont déjà "réduit le coût du travail et amélioré le climat des affaires", estime l'organisation internationale, mais "de nouvelles baisses" sont nécessaires pour "stimuler l'économie et réduire le chômage plus rapidement". La France conserve une "lourde charge fiscale, qui nuit à l'emploi et à l'investissement", insiste-t-elle.

Réviser l'assurance-chômage. L'OCDE préconise également "d'aligner le régime d'assurance chômage des seniors sur celui des jeunes travailleurs", alors que les chômeurs de plus de 50 ans peuvent aujourd'hui être indemnisés pour une durée maximale de 36 mois, contre 24 mois pour les autres. Une telle mesure "dégagerait de la marge pour mieux soutenir les enfants et les jeunes adultes, qui sont trop souvent touchés par un chômage élevé et la pauvreté".