Le budget de l'Education nationale en hausse de 1,3 milliard en 2018

  • A
  • A
Le budget de l'Education nationale en hausse de 1,3 milliard en 2018
Jean-Michel Blanquer assure que sa priorité est "d'avoir une école primaire qui ait les moyens d'être à la hauteur des enjeux"@ ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :

Le ministre de l'Éducation nationale a annoncé que le budget de son ministère dépassera les 50 milliards d'euros en 2018, soit 1,4 milliard d'euros de plus qu'en 2017.

La hausse du budget de l'Education, qui reste le premier de l'Etat, sera d'environ 1,3 milliard d'euros l'an prochain, à 51,3 milliards, selon le projet de loi de finances présenté mercredi.

Toujours le premier budget de l'État. Interrogé sur CNews sur le budget de son ministère à quelques heures de la présentation du projet de loi de finances 2018, Jean-Michel Blanquer a indiqué qu'il serait en hausse d'"environ 1,4 milliard". Le budget est prévu à 51,3 milliards d'euros l'an prochain, hors pensions et retraites. Pour 2019, la prévision est de 52,1 milliards et pour 2020 de 52,6 milliards.

"C'est le budget numéro un de la nation, ça le reste", s'est félicité le ministre. "Ce gouvernement ne choisit pas simplement de mettre de l'argent en plus, mais aussi d'avoir des priorités, par exemple ce qu'on a fait sur l'école primaire, (...) et on met des moyens au service de ces priorités", a-t-il souligné, en référence notamment au dédoublement des classes de CP dans les quartiers très défavorisés (REP+). Cette mesure doit, d'ici 2019, concerner 11.100 classes de CP et CE1.

Donner plus de moyens à l'école primaire. "On doit savoir faire des économies sur certains sujets pour mieux dépenser sur d'autres. Avec un million d'agents, j'ai des marges de manœuvre", a affirmé Jean-Michel Blanquer. "Si j'ai une priorité - j'en ai quelques-unes - la première, c'est l'école primaire", a-t-il réaffirmé.

Plus de recrutements. La mise en oeuvre du plan de recrutement du précédent gouvernement s'achèvera cette année, avec 11.802 embauches. François Hollande avait promis 60.000 créations de postes dans l'enseignement durant le quinquennat, dont 54.000 dans l'Éducation nationale, 5.000 dans l'enseignement supérieur et 1.000 dans l'enseignement agricole, après 80.000 suppressions sous Nicolas Sarkozy. Un plan quinquennal de recrutement de 22.500 accompagnants d'élèves en situation de handicap, à raison de 4.500 par an à compter de 2018, est par ailleurs prévu.

"L'attractivité et la stabilité de l'exercice des fonctions en REP+ seront renforcées par une revalorisation progressive des indemnités versées aux personnels concernés", souligne aussi le projet de budget, sans préciser toutefois de calendrier. Une prime annuelle de 3.000 euros aux instituteurs en REP+ était une promesse d'Emmanuel Macron. Pour la mise en oeuvre du dispositif "devoirs faits", qui permettra aux collégiens de faire leurs devoirs dans le cadre de l'établissement, 20.000 volontaires du service civique seront mobilisés.

700 millions d'euros supplémentaires pour l'enseignement supérieur. Outre le budget de l'Éducation nationale, celui de l'Enseignement supérieur et de la recherche sera en hausse de 700 millions d'euros par rapport à 2018, selon le projet de loi de finances. Il passera de 26,7 milliards d'euros en 2017 à 27,4 milliards l'an prochain. Près de 200 millions d'euros supplémentaires sont prévus pour augmenter l'accueil des étudiants dans les universités.