L'Assemblée vote la hausse de la fiscalité sur le gazole

  • A
  • A
L'Assemblée vote la hausse de la fiscalité sur le gazole
L'alignement de la fiscalité du diesel sur celle de l'essence pendant le quinquennat est une promesse de campagne du candidat Emmanuel Macron.@ AFP
Partagez sur :

 Les députés ont voté l'article du projet de budget pour 2018 prévoyant une augmentation de la taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques de 2,6 centimes par litre de gazole chaque année pendant quatre ans. 

L'Assemblée nationale a voté samedi la hausse de la fiscalité sur le gazole voulue par le gouvernement pour l'aligner sur celle de l'essence d'ici 2021, au grand dam de la droite. Les députés ont voté l'article du projet de budget pour 2018 prévoyant une augmentation de la taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques (TICPE) de 2,6 centimes par litre de gazole chaque année pendant quatre ans. 

"Une pénalisation pour les territoires ruraux". "C'est une pénalisation supplémentaire pour les territoires ruraux", a protesté le chef de file des députés LR Christian Jacob, alors que le diesel y est privilégié. Des élus de son groupe avaient déposé des dizaines d'amendements pour supprimer la hausse ou la réduire. "L'objectif de la transition écologique a bon dos", a aussi affirmé Vincent Descoeur (LR) en référence aux recettes induites.

45.000 morts par an. Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin (toujours membre de LR) a fait valoir que "le diesel, c'est 45.000 morts par an" et que "tous les candidats à l'élection présidentielle" avaient ce projet de hausse. "Le fameux 'en même temps' est dans ce budget" qui prévoit des aides en contrepartie, notamment le doublement de la prime de conversion automobile, a-t-il fait valoir. En réponse à une députée LREM soutenant la hausse, le président du groupe Nouvelle Gauche Olivier Faure a regretté une forme d'"écologie punitive", alors qu'"il n'y a pas que des gens qui ont la chance de vivre dans des grandes métropoles".

Une promesse de campagne. L'alignement de la fiscalité du diesel sur celle de l'essence pendant le quinquennat est une promesse de campagne du candidat Emmanuel Macron. Le mouvement avait été engagé sous la présidence de François Hollande. Retouchant à peine ce volet du projet de loi de finances, les députés ont voté une extension de l'exonération de TICPE pour les carburants utilisés dans le secteur naval (fabrication, essais et entretiens) afin de renforcer la compétitivité du secteur.