Ben Laden projetait-il une attaque contre l'économie française ?

  • A
  • A
Ben Laden projetait-il une attaque contre l'économie française ?
Ben Laden avait amassé de la documentation sur la France, parce qu'il caressait l'idée "d'une attaque pour mettre à genoux son économie", affirment les services de renseignement américains.@ KARL-JOSEF HILDENBRAND / DPA / AFP
Partagez sur :

Le défunt leader d'Al-Qaïda s'était doté d'une bibliothèque comprenant de nombreux ouvrages sur l'économie française. 

Plusieurs rapports d'évaluations de l'économie française, un ouvrage intitulé "la France économique et sociale au XVIIIème siècle" (Henri Sée, 1925) ou encore une étude américaine intitulée "la France a-t-elle causé la grande dépression" de 1929 ... Voilà le genre de documents que les services de renseignements américains ont pu trouver dans la "bibliothèque" de Ben Laden, dans sa maison d'Abbottabad, au Pakistan, selon une liste de documents déclassifiés et publiés mercredi par Washington.

Il envisageait "une attaque". La liste de livres et rapports, un peu hétéroclite, montre que Ben Laden a probablement été intéressé par l'idée "d'une attaque sur l'économie française, dans l'espoir de provoquer un effondrement économique" contagieux pour le reste du monde occidental, selon Jeffrey Anchukaitis, porte-parole de la direction du renseignement américain (DNI).

Le dossier "France" de Ben Laden, fort au total d'une vingtaine de documents, comprenait aussi une étude sur les déchets nucléaires, une liste des compagnies de transport maritimes hexagonales ou encore une étude américaine sur les achats d'armements par le ministère français de la Défense. "C'est surprenant qu'il ait demandé autant de livres sur la France", a commenté Jeffrey Anchukaitis.

Des Illuminati au 11-Septembre. Les documents sur la France ne forment toutefois qu'une petite partie de ceux amassés par l'ancien chef d'Al Qaïda, et rendus publics par les services américains mercredi. Ben Laden avait amassé une grande quantité de documentation sur la guerre, le terrorisme, la politique internationale, les théories conspirationnistes (du type : les Illuminati et/ou les Francs-maçons dirigent le monde dans l'ombre). Il était grand consommateur des multiples rapports gouvernementaux, parlementaires, administratifs, militaires ou encore judiciaires. Et il disposait, surtout, de nombreux rapports officiels autour de l'enquête sur les attentats du 11-Septembre.