La prime d'activité pourrait coûter 200 millions d'euros de plus que prévu en 2016

  • A
  • A
La prime d'activité pourrait coûter 200 millions d'euros de plus que prévu en 2016
Le surcoût de ce dispositif pour l'Etat "ne se chiffre pas non plus en milliards", a tenu à rassurer Christian Eckert.@ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

La prime d'activité pourrait coûter 4,2 milliards d'euros cette année, alors que le gouvernement avait initialement débloqué une enveloppe de 4 milliards d'euros.

La prime d'activité, lancée en janvier pour remplacer le RSA activité et la prime pour l'emploi (PPE), pourrait coûter cette année 4,2 milliards d'euros, soit 200 millions d'euros de plus que prévu, a indiqué mercredi le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert.

"En cas de besoin, nous dégagerons les crédits nécessaires". "Nos dernières estimations laissent entendre qu'il pourrait y avoir un besoin supplémentaire de l'ordre de 200 millions d'euros", a déclaré Christian Eckert lors d'une audition devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale. "S'il y a un dépassement sur la prime d'activité, ce qui est probable, ça ne sera pas un dépassement massif comme je l'entends dire parfois", a poursuivi le secrétaire d'Etat, en assurant que l'engagement pris par le gouvernement, à savoir "qu'il n'y ait pas de rupture", serait tenu. "En cas de besoin, nous dégagerons les crédits nécessaires", a-t-il détaillé.

Un succès plus important que prévu. Le gouvernement avait initialement prévu que seulement la moitié des 4 millions de foyers éligibles (soit 5,6 millions de personnes) demanderaient la prime d'activité, destinée à soutenir les revenus des travailleurs modestes. Il avait pour cela débloqué une enveloppe de quatre milliards d'euros pour 2016. Mais le dispositif rencontre un succès plus important que prévu, avec 3,8 millions de bénéficiaires depuis janvier et un montant versé supérieur aux attentes, de l'ordre de 164 euros par mois en moyenne, faisant naître des inquiétudes sur le coût de la mesure pour l'Etat.

"Même si le taux de recours est un peu plus important qu'attendu" et "si le montant moyen servi est un tout petit peu supérieur, de quatre euros, à ce qui était prévu", le surcoût de ce dispositif pour l'Etat "ne se chiffre pas non plus en milliards", a tenu à rassurer Christian Eckert. Dans une évaluation récente, le député PS Dominique Lefebvre, membre de la Commission des Finances, avait estimé que si le taux de recours de la prime d'activité passait à 66% au lieu des 50% prévus, les besoins supplémentaires en termes de financement pourraient s'élever à un milliard d'euros.