Les chauffeurs UberPop à nouveau dans le collimateur de la police

  • A
  • A
Les chauffeurs UberPop à nouveau dans le collimateur de la police
@ BRITTA PEDERSEN/DPA/AFP
Partagez sur :

VTC vs TAXI - Une trentaine d'arrestations ont eu lieu depuis le début de l'année en région parisienne.

La société de véhicule avec chauffeur (VTC) Uber va vite, très vite. Probablement trop aux yeux des autorités, qui ont relancé depuis le début de l'année les contrôles contre les chauffeurs opérant pour le service UberPop.

UberPop, une service aux limites de la légalité. Après avoir lancé un service de VTC, la société Uber a poursuivi son développement en lançant plusieurs nouveaux services : UberPop et UberPool. Sauf que les taxis ont rapidement saisi la justice pour "concurrence déloyale". Si les juges ont refusé d'interdire UberPop, une service où les chauffeurs ne sont pas des professionnels mais des particuliers, ils ont en revanche précisé qu'ils ne pouvaient pas affirmer que ce service est légal.

>> LIRE AUSSI - Les VTC déboutés, UberPOP peut rouler

Uber a immédiatement fait appel et en profite pour continuer de proposer ce service tant que la justice n'aura pas dit son dernier mot. Une stratégie qui n'est visiblement pas du goût des autorités : après une première vague d'arrestation en région lyonnaise fin 2014, la police a procédé à une trentaine d'arrestations en région parisienne, rapporte jeudi Le Monde.

"Le procureur de la République a déjà reçu depuis le début de 2015 à la Préfecture de police de Paris plus d’une trentaine de dossiers de ces particuliers qui s’improvisent chauffeurs de taxis, a-t-on appris de bonne source. Les premières poursuites judiciaires pourraient être lancées rapidement. Le préfet de Gironde a fait de même depuis le mois de février, demandant aux forces de l'ordre de multiplier les contrôles. Cette vague d'arrestation n'est pas une surprise puisque le ministre de l'Intérieur avait déclaré en décembre qu'UberPop serait considéré illégal dès le 1er janvier 2015. Reste à la justice de trancher.

>> LIRE AUSSI - L'Allemagne ne veut plus de la société Uber