La pause fiscale pour 2015 : mythe ou réalité ?

  • A
  • A
La pause fiscale pour 2015 : mythe ou réalité ?
Image d'illustration.
Partagez sur :

ÉCONOMIE - Selon les annonces du gouvernement, 9 millions de foyers devraient profiter d'une pause fiscale en 2015. En réalité, qu'en est-il ? 

Le gouvernement l'avait promis en 2013, la pause fiscale pour les Français aurait lieu en 2015. Selon ses annonces faites en septembre 2014, 6,1 millions de foyers devraient bénéficier d'une baisse et 3 millions devraient ne plus payer d'impôts. Alors que mardi était le dernier jour pour déclarer ses revenus en ligne, cette embellie sur le front fiscal va-t-elle vraiment se vérifier ?

Les moins aisés sont les plus favorisés. En faisant leurs propres calculs, peut-être que certains particuliers se sont rendu compte qu'ils paieraient moins d'impôts cette année. Le site de simulation d'impôts sur internet, finansemble.fr, confirme cette pause fiscale puisque la plupart des catégories voient ses impôts stagner ou baisser.

Cette pause promise par le gouvernement, ce sont les moins aisés qui en profitent le plus. La première tranche d'imposition a en effet été supprimée, soit celle des revenus compris entre 6.011 et 11.991 euros par an. Ainsi, un célibataire qui a gagné l'an dernier environ le SMIC et qui a déclaré 16 000 euros, verra ses impôts baisser de 63%.

Une stagnation pour les autres. Pour les autres catégories, la pause fiscale est synonyme de stagnation. Par exemple, un cadre célibataire qui a déclaré 35.000 euros a vu ses impôts baisser de 1%. Idem pour un couple de cadres avec deux enfants aux revenus d'environ 75 000 euros.

Mais une hausse depuis 2012. Si 2015 veut dire stagnation pour les plus aisés, ces derniers ont cependant connu une augmentation de leurs impôts depuis plusieurs années. Toujours pour un couple de cadres avec deux enfants, les impôts ont progressé de 17% entre 2012 et 2015. Et une veuve retraitée, qui reçoit une pension de 18.000 euros et des revenus foncier de 12.000 euros a payé des impôts de 13% en plus.