La Grèce peut-elle contaminer l’Europe?

  • A
  • A
La Grèce peut-elle contaminer l’Europe?
@ REUTERS
Partagez sur :

Le Portugal et l'Espagne commencent à être touchés. L’UE veut stopper l’hémorragie.

Le calendrier de riposte commence à s’accélérer. Le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, a convoqué un sommet des pays de la zone euro "autour du 10 mai" consacré à la crise grecque. L’objectif est de renflouer les caisses grecques mais aussi de rassurer les marchés et d’empêcher le scénario du pire, celui de la contagion.

Dans ce contexte, le plan français d'aide à la Grèce de 6,3 milliards d'euros de prêt dont 3,9 milliards dès 2010 a été adopté mercredi à l'unanimité en commission des Finances à l'Assemblée, a-t-on appris de source parlementaire. L'Assemblée nationale examinera à partir de lundi le premier prêt de la France à la Grèce, dans le cadre d'un collectif budgétaire qui sera transmis la même semaine au Sénat.

"Défendre notre monnaie"

Non contents de semer la panique en Grèce, les marchés affolent toutes les bourses de la zone euro, et même l’Asie. Herman Van Rompuy a été clair, il n’est "pas question de restructurer la dette" de la Grèce, sous-entendant qu’Athènes n’était pas rendu à un point si critique qu’on puisse la comparer à l’Argentine en 2001 par exemple. La zone euro soigne son image de stabilité et de crédibilité. "Il y a un test, une spéculation de la part des marchés et nous sommes dans une logique de solidarité de défense de notre monnaie", a indiqué le ministre français du Budget, François Baroin, pour écarter la possibilité d'une contagion.

Le Premier ministre grec Georges Papandréou joue, lui, la carte de la contagion pour sensibiliser ses voisins européens. "Il faut que l'Europe et la zone euro dans un effort commun entravent ce feu pour l'empêcher de se propager à l'économie européenne et mondiale", a-t-il déclaré mercredi. "Le fardeau de la responsabilité historique ne pèse pas seulement sur la Grèce mais il y a aussi une responsabilité historique de l'Europe", a souligné le Premier ministre.

Les "PIIGS" en ligne de mire

La crise de défiance qui frappe les finances grecques a commencé à s'étendre au Portugal, qui a vu lui aussi sa note dégradée mardi. Un vent de panique a également soufflé sur les Bourses européennes qui ont toutes clôturé en forte baisse, tandis que l'euro et les cours du pétrole se repliaient nettement en fin de journée. Si le Portugal aussi est attaqué, d’autres pays peuvent suivre : les fameux PIIGS (le Portugal, l’Italie, l’Irlande, la Grèce et l’Espagne).

Tout comme Athènes, ces pays ne respectent pas la discipline budgétaire de la zone euro. "Je ne vois pas de connexion entre la Grèce et le Portugal", a déclaré mercredi Jürgen Stark, chef économiste de la Banque centrale européenne (BCE). "Il faut arrêter avec ces scénarios de politique fiction", a renchéri le ministre français du Budget François Baroin. "C'est l'insincérité -on peut l'appeler mensonge- du gouvernement grec, qui a provoqué aussi cette accélération de la crise grecque. Le Portugal a un niveau de dette important, c'est vrai, mais les Portugais n'ont pas menti, ils sont sincères".

Si Paris bénéficie d’une meilleure image et d’une trésorerie plus saine que les PIIGS, la France n’est pas non plus exemplaire. En 2009, son déficit public a atteint 7,5% du produit intérieur brut (PIB) et la dette publique s'élevait à 77,6% du produit intérieur brut (PIB). Ces niveaux sont bien supérieurs aux limites autorisées par les traités européens : 3% du PIB pour le déficit et 60% du PIB pour la dette.

Les agences de notation critiquées

De nombreuses voix commencent à se faire entendre pour dénoncer, outre la spéculation des marchés, la responsabilité des agences de notation qui sont accusées de jeter de l’huile sur le feu. Leurs notes sont censées déterminer la capacité à rembourser des Etats et des entreprises mais leur réputation avait déjà été ébranlée quand elles n’ont pas vu venir la crise bancaire en 2008.

"Nous attendons des agences de notation financière comme de tous les autres acteurs financiers, et en particulier durant cette période difficile et sensible, qu'ils agissent d'une façon responsable et rigoureuse", leur a lancé la Commission européenne mercredi. En fin d'après-midi, l'agence de notation Standard and Poor's a abaissé d'un cran la note de la dette à long terme de l'Espagne, de "AA+" à "AA", provoquant une nouvelle chute de la bourse espagnole.