La gestion comptable de Paris intrigue la Cour des comptes

  • A
  • A
La gestion comptable de Paris intrigue la Cour des comptes
@ LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :

ARGENT - Pour continuer à investir de plus en plus malgré des recettes en baisse, Paris a innové en matière comptable.

Comment dépenser plus lorsqu’on gagne moins d’argent ? Confrontée à cette équation, la ville de Paris a innové en matière comptable afin de préserver les investissements prévus. La Cour des comptes d’Île-de-France s’est donc penchée sur la question et estime que ce changement de logique comptable devra être clarifié pour éviter qu’elle n'aboutisse à des débordements financiers.

La Cour des comptes francilienne note que la ville de Paris a maintenu son objectif d’investir 10 milliards d’euros d’ici 2020. Problème : elle va dans le même temps recevoir moins d’argent de l’État – la fameuse baisse des dotations – et devoir en verser plus à ses voisins, au nom de la péréquation. Afin d'équilibrer ses comptes, la ville de Paris a donc profité d’un décret publié le 27 novembre 2015 pour changer de logique comptable : les loyers versés par les bailleurs sociaux de la ville sont passés de la catégorie "recettes d’investissement" à celle de fonctionnement. Ce changement de méthode a permis de comptabiliser 354,4 millions d’euros supplémentaires pour le budget 2016.

Si la Cour des comptes ne juge pas cette opération irrégulière, elle "estime que la Ville doit développer sa communication financière et davantage expliciter sa nouvelle stratégie, en particulier l’avenir de l’épargne brute et l’évaluation des recettes d’investissement attendues". En clair, que cette nouvelle logique comptable ne devienne pas un moyen d’échapper à "la politique de sobriété en matière de dépenses" vantée par la Cour des comptes.