La France, mauvaise élève de l'engagement pour les générations futures

  • A
  • A
La France, mauvaise élève de l'engagement pour les générations futures
@ JOHANNA LEGUERRE / AFP
Partagez sur :

Selon l'OCDE, la France est en milieu de tableau pour son "indice de positivité", derrière les pays nordiques et les pays anglo-saxons. 

La France se situe en milieu de peloton des pays de l'OCDE pour l'"indice de positivité" de son économie. Cet indice, créé pour évaluer le niveau d'engagement des pays envers leurs générations futures, est calculé sur la base de 29 critères socio-économiques, dans les domaines de l'éducation, de la finance, de la santé, mais aussi de l'environnement. L'Hexagone se retrouve loin derrière les pays d'Europe du Nord, mais aussi derrière les pays anglo-saxons.
La Norvège en première place. En 2015, Paris s'est classé à la 18e place du palmarès sur les 34 pays que comprend l'OCDE, soit le même rang que celui qu'elle occupait en 2014, précise dans un communiqué Positive Planet, nouveau nom de l'ONG Planet Finance fondée en 1998 par Jacques Attali. Le pays qui a le plus pris en compte les générations futures est la Norvège, suivie de la Suède, des Pays-Bas, du Danemark et de l'Islande. La France se situe également derrière le Royaume-Uni (15e), les États-Unis (13e) ou l'Australie (10e).

L'éducation et la démocratie, les points noirs de la France. "La France est plombée par plusieurs facteurs. Elle est mauvaise en terme de transparence mais aussi pour l'école. Ça, c'est un indice ravageur qui la fait baisser dans le classement", a souligné Jacques Attali, lors d'une rencontre avec la presse. Pour deux indicateurs, à savoir le taux de reproduction des inégalités à l'école et la qualité de la démocratie, la France se situe ainsi parmi les 10% les moins bons. Elle est en revanche bien notée en ce qui concerne les infrastructures et les connexions internet, ainsi que la démographie.

La Grèce en queue de peloton. Parmi les autres pays, la République tchèque et la Slovaquie gagnent quatre places par rapport à 2014. À l'inverse, le Mexique en perd quatre, et l'Italie cinq, les autres pays ayant progressé plus vite qu'elle. Selon Positive Planet, c'est la Grèce qui arrive en queue de peloton.