La France à la traîne dans le très haut débit

  • A
  • A
La France à la traîne dans le très haut débit
L'objectif affiché par le gouvernement est de fibrer 100 % du territoire en 2025.
Partagez sur :

Un rapport du Sénat s'inquiète du retard pris dans la couverture numérique du territoire.

Tous les territoires en France ne sont pas logés à la même enseigne face au défi du numérique. L'objectif affiché par le gouvernement est pourtant ambitieux puisqu'il entend fibrer 100 % du territoire en 2025. Mais, dans un rapport sur l'aménagement du territoire rendu public lundi, la commission économique du Sénat s'inquiète des inégalités dans le développement de la fibre optique, très présente en ville, mais très peu dans les territoires ruraux.

Les petites communes touchées

A Saint-Thibault, dans le Jura, la fibre optique est arrivée, enfin presque. Les fils ont bien été tirés depuis la vallée jusque dans ce petit village, mais finalement France Telecom a renoncé. La commune ne serait pas assez rentable, déplore le maire Jacques Paul, interrogé par Europe 1. "Il manque un répartiteur qui devait être posé mais il coûte très cher paraît-il, et ne serait pas rentabilisé par le nombre d'abonnés qu'il pourrait y avoir dans notre village, à moins que les deux communes veuillent bien mettre la main à la poche", a-t-il dénoncé.

Faute d'un budget communal trop mince, le maire n'a finalement pas pu s'offrir le très haut débit.


Un système à revoir ?

En France, les opérateurs privés gèrent les zones très denses. Pour les 36.000 autres communes, c'est un partenariat collectivités locales-opérateurs privés. Selon le sénateur centriste, Hervé Maurey, ce système conduit la France tout droit dans le mur.

"C'est un véritable écrémage, le secteur privé prend ce qui est rentable, gagne de l'argent et laisse aux acteurs publics ce qui coûte cher. C'est la certitude que ces territoires qui n'ont pas accès au très haut débit seront condamnés à mourir", a expliqué à Europe 1 Hervé Maurey. Le sénateur préconise notamment de donner l'autorisation à un conseil général et aux collectivités locales de couvrir tout son département.

Le sénateur de l'Eure dénonce par ailleurs la maigreur des enveloppes accordées par l'Etat aux collectivités pour le développement de la fibre et rappelle que la France est déjà très en retard comparée aux nouveaux venus en Europe comme la Lituanie ou la Slovénie, loin derrière le Japon et les Etats-Unis.

La plupart des foyers qui désirent se connecter à internet à haut débit ont aujourd’hui le choix entre une connexion ADSL et la fibre optique.