La croissance française à l'arrêt au 1er trimestre

  • A
  • A
La croissance française à l'arrêt au 1er trimestre
@ MAXPPP
Partagez sur :

DÉCEPTION - La croissance française a été nulle au premier trimestre, notamment à cause d'un hiver doux.

Le chiffre. Malgré une prévision de croissance très limitée pour le premier trimestre (+0,1%), la France a fait moins bien selon l'Insee. Le produit intérieur brut français n'a pas augmenté au premier trimestre 2014, a annoncé l'institut jeudi dans une première estimation de la croissance.

Les raisons de cette panne de croissance. Moteur traditionnel de la croissance, la consommation des ménages a nettement marqué le pas (-0,5%) au premier trimestre, après +0,2% au dernier trimestre 2013. Une chute de la consommation qui s'explique notamment par la météo : les températures clémentes cet hiver ont limité l'usage du chauffage, et donc les dépenses. L'autre moteur de l'économie française, l'investissement des entreprises, est aussi à l'arrêt : il s'est contracté de 0,5%.

06.03.Bandeau.Sapin.Reuters.930.220

© REUTERS

Les prévisions du gouvernement contrariées. Si les Français ont réalisé des économies pour se chauffer, le gouvernement est, lui, plus embarrassé : il table sur une croissance de 1% pour l'ensemble de l'année 2014. Et a construit son budget, ainsi que ses promesses de réductions des déficits, sur cette prévision. Une croissance de 1% en France pour 2014 s'inscrit "parfaitement" dans des "objectifs raisonnables", a pourtant réagi jeudi le ministre des Finances Michel Sapin, invité sur Europe 1.

"La prévision du FMI pour la France c'est 1%, donc nous sommes dans des chiffres qui sont parfaitement des objectifs raisonnables", a-t-il ajouté. "Mais pour cela il faut réussir ce pacte de responsabilité, a-t-il ajouté, il faut faire en sorte que ce soit dans les entreprises que la croissance, par les investissements et par l'emploi se produise, s'accélère".

Une année 2013 meilleure que prévu. La croissance en France l'an dernier a atteint 0,4%, et non 0,3% comme annoncé initialement, a par ailleurs annoncé jeudi l'Insee. L'Insee a expliqué ce changement par des révisions statistiques.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

CHIFFRES - Chômage, croissance... les sombres prévisions de l'OCDE

DECRYPTAGE - Chômage : l'objectif de Rebsamen est-il réaliste ?

 BRAS DE FER - Euro fort : Berlin tacle Manuel Valls