La CGT craint de ne "plus (être) la première organisation syndicale" en 2017

  • A
  • A
La CGT craint de ne "plus (être) la première organisation syndicale" en 2017
Philippe Martinez craint que la CGT ne perde son statut de premier syndicat français.@ AFP
Partagez sur :

Selon Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, la CFDT pourrait devenir le premier syndicat de France en 2017.

La CGT pourrait perdre sa place de première organisation syndicale de salariés au profit de la CFDT lors des prochaines élections professionnelles en 2017, a déclaré mercredi son secrétaire général, Philippe Martinez.

Déjà talonnée en 2013. "On a une crainte, (c'est) de ne plus être la première organisation syndicale" à l'occasion de la prochaine mesure de la représentativité en 2017, a-t-il dit lors d'une rencontre avec la presse organisée par l'Association des journalistes de l'information sociale (Ajis). La CGT a recueilli 26,77% des voix en 2013, talonnée par la CFDT (26%).

Une question d'implantation. "On a fait une analyse pointue, et on constate - c'est le plus gros problème - qu'il y a un différentiel de 300.000 électeurs entre la CFDT et nous", a-t-il poursuivi, ce qui signifie que ce sont "300.000 électeurs (qui) peuvent voter pour la CFDT et pas la CGT". "Cela pose la question de notre implantation dans les entreprises", a dit Philipe Martinez, ajoutant : "Notre premier objectif, c'est de réduire le nombre d'endroits où nous ne sommes pas présents".

Un nombre d'adhérents en baisse. La CGT, le plus ancien syndicat français, a perdu du terrain ces dernières années dans des bastions comme la SNCF ou la fonction publique. La centrale, qui tiendra son 51ème congrès du 18 au 22 avril à Marseille, au cours duquel Philippe Martinez devrait être réélu, comptait 676.623 adhérents à fin 2014, en baisse de 2% par rapport à l'année précédente. La CFDT revendique de son côté 868.600 adhérents.