L'Etat vole au secours du CIF

  • A
  • A
L'Etat vole au secours du CIF
Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a annoncé samedi soir que l'Etat "accordera sa garantie au Crédit Immobilier de France", qui connaît plusieurs années de graves difficultés financières.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le gouvernement a décidé d'apporter sa garantie au Crédit immobilier de France, en difficulté.

En difficulté après la nouvelle dégradation infligée mardi dernier par Moody's, le Crédit immobilier de France vient de recevoir un appui de taille. L'Etat a en effet décidé samedi de voler au secours du Crédit immobilier de France. Comment ? En accordant sa garantie à l'établissement de crédit aux particuliers, qui était coupé de ses financements sur le marché, et dont la situation faisait craindre une nouvelle déconfiture bancaire en France après celle de Dexia.

Le montant de la garantie inconnu

Bercy, ministère de l'Economie
Cette garantie sera mise en place "sous réserve de l'autorisation de la Commission européenne et du Parlement", qui sera saisi dans le cadre de la plus prochaine loi de finances, précise le ministère de l'Economie dans un communiqué publié samedi. Une garantie à hauteur de 4,7 milliards d'euros, indiquent plusieurs sources.

Le CIF tentait depuis plusieurs mois de s'adosser à une banque pour sortir de l'étau dans lequel l'avait placé la décision de l'agence de notation Moody's de baisser de trois crans la note du CIF, le coupant de son accès au financement puisque le groupe ne gère pas de dépôts et se finance sur les marchés.

Le CIF est à la tête d'une cinquantaine de succursales. Il dispose de 300 agences, dispose de 2,4 milliards de fonds propres et gère 33 milliards d'euros de crédits. L'établissement est spécialiste des prêts immobiliers aux particuliers et est lié au mouvement HLM.

Changement à la tête du CIF

Le PDG du CIF, Claude Sadoun, a par ailleurs été contraint de quitter ses fonctions, vendredi soir, lors d'un conseil d'administration de crise, selon Le Figaro, qui a révélé l'information.

Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici a, de son côté, "pris acte de la nomination de Bernard Sevez en qualité de nouveau président-directeur général" et "s'attend à ce que l'ancien dirigeant du CIF renonce à toute indemnité", a précisé Bercy.

Jean-Marc Ayrault a enfin assuré dimanche que "l'argent des contribuables" ne serait pas "mis en cause" pour sauver le Crédit immobilier de France, cet établissement disposant de "fonds propres".