L'année dernière, 266 usines ont fermé
© REUTERS

LE CHIFFRE - La France a perdu 42% d'usines de plus qu'en 2011, et 1.000 depuis 2009.

Les chiffres noirs de 2012. Les chiffres ont de quoi faire tressaillir tous les ouvriers de France. Pas moins de 266 usines ont fermé leurs portes en 2012, soit 42% de plus qu'en 2011, selon une étude de l'Observatoire de l'emploi et de l'investissement Trendeo, cité mardi par Les Echos. Conséquence : 24.000 emplois industriels tricolores ont été détruits l'an dernier, alors que les deux dernières années avaient été placées sous le signe de la stabilité.

Un cap symbolique franchi. L'étude souligne également que le cap du millier d'usines fermées a été atteint depuis 2009, ce qui a entraîné une perte de 120.000 emplois industriels. L'automobile, la pharmacie, le secteur du meuble ou encore de l'imprimerie sont les premiers concernés.  "L'euro a augmenté de 10 % face au dollar depuis juillet 2012, ce qui pèse sur la compétitivité des entreprises, explique David Cousquer, du cabinet Trendeo, cité par le quotidien économique. Il y a ensuite de grosses interrogations des industriels sur l'évolution de la demande européenne."

Et 2013 ? Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'Observatoire Trendeo ne voit rien de bon. "Les dynamiques à l’œuvre au sein de l’économie française ne sont pas bonnes. Une détérioration de l’économie française en 2013 est plus probable qu’une amélioration", prédit l'étude.

Quelques exceptions. Le cabinet note tout de même que cette pandémie de destructions d'usines n'a pas encore contaminé tous  les secteurs. Ainsi la construction aéronautique et l'industrie du luxe ont créé 2.400 emplois. Et les investissements réalisés dans les énergies vertes ont entraîné l'annonce de 9.000 créations de postes, notamment dans l'éolien sur mer et la méthanisation.