L’alliance Renault-Daimler confirmée

  • A
  • A
L’alliance Renault-Daimler confirmée
@ REUTERS
Partagez sur :

Les constructeurs ont annoncé mercredi des échanges de participations et de savoir-faire.

Le constructeur automobile français Renault, son partenaire japonais Nissan et Daimler le fabricant allemand des Mercedes ont annoncé mercredi une alliance prévoyant des échanges de participations, ainsi que des développements conjoints. Un rapprochement validé mardi par le conseil d’administration de Renault.

Daimler prendra une participation de 3,1% dans Nissan et de 3,1% dans Renault. De leur côté, Renault et Nissan entreront dans le capital de Daimler à hauteur de 1,55% chacun, ont indiqué les trois groupes dans un communiqué à la Bourse de Tokyo.

Les petites voitures

L'alliance prévoit la mise en place d'une "architecture commune pour les petits véhicules". Les futures versions de Smart Fortwo de Daimler et Twingo de Renault, à partir de 2013, seront conçues selon un schéma élaboré en commun.

Les trois constructeurs développeront conjointement et partageront des moteurs diesel et essence provenant de l'alliance Renault-Nissan, en vue de leur future utilisation par les nouvelles Smart et Twingo. Ces moteurs seront également adaptés par Mercedes pour équiper une nouvelle génération de voitures compactes haut de gamme.

Echange de savoir-faire

Daimler fournira en outre des moteurs à Nissan, destinés à équiper les modèles de la gamme de luxe Infiniti. Renault et Nissan fourniront de leur côté des moteurs diesel pour la camionnette Vito de Mercedes. Enfin, l'accord prévoit des "collaborations dans le domaine des véhicules utilitaires légers" et divers autres échanges de savoir-faire.

Renault et Nissan sont partenaires depuis 1999. Le constructeur français possède 44% de son homologue japonais, lequel contrôle 15% de Renault. Le PDG des groupes français et nippon, Carlos Ghosn, cherchait depuis plusieurs années à élargir l'alliance à un troisième grand constructeur.

L'Etat français actionnaire

"L'Etat, qui a souhaité maintenir sa position d'actionnaire historique de référence de Renault à hauteur de 15,01% dans le cadre de l'échange de participations entre les constructeurs, procédera à l'acquisition auprès de Renault de 0,55% de son capital, témoignant ainsi de sa pleine confiance dans ce projet", a annoncé mercredi un communiqué du ministère de l'Economie et de l'Industrie.