iPhone, Samsung S6 à 1 euro ? Evidemment, c'est une arnaque

  • A
  • A
iPhone, Samsung S6 à 1 euro ? Evidemment, c'est une arnaque
Capture d'écran d'une page internet promettant un téléphone dernier cri à seulement 1 euro. Sauf que dans la vraie vie, c'est plus compliqué que cela.@ DR
Partagez sur :

ALERTE - Les offres incroyables vous promettant un téléphone dernier cri à un prix imbattable sont évidemment mensongères.

Si quelqu’un vous aborde dans la rue pour vous proposer quasi-gratuitement le dernier bijou technologique à la mode, vous vous méfierez. Une précaution que les gens oublient visiblement lorsqu’ils se retrouvent derrière leur ordinateur : ce type d’arnaque a tellement de succès ces derniers yemps que l’association UFC Que Choisir s’est sentie obligée de tirer la sonnette d’alarme.

Internet envahi d’offres imbattables. A moins d’être un abstinent numérique, vous êtes forcément tombé dessus au cours des derniers mois : des publicités alléchantes promettant de recevoir le nouvel iPhone d’Apple, l’Apple Watch, l’iPad ou le dernier Galaxy de Samsung pour la modique somme de 1 euro. De telles annonces prennent souvent la même forme : une page internet qui ressemble étrangement à celle d’un média reconnu (Le Monde, La Tribune, Le Figaro, etc.), un texte prenant la forme d’un article et, très souvent, un encadré "Mise à jour" précisant que cette offre sera bientôt terminée et qu’il faut donc se dépêcher pour en profiter.

12.05.Capture.Jeu.iphone.Radioplanets.DR.1280.700

© DR


Sauf qu’évidemment la promesse selon laquelle "Apple distribue des iPhone 6 en France pour 1€ seulement !" est totalement fausse. Tout comme l’offre promettant une iWatch d’Apple offerte pour un abonnement de 1 euro auprès d’une radio numérique. Ces offres trop belles pour être vraies ont pourtant fait succomber de nombreux internautes français, qui se sont rendu compte un peu tard de la supercherie. "Ces offres sentent le roussi à plein nez et pourtant, à en croire les messages qui arrivent sur différents forums Internet, leurs victimes se comptent par dizaines", souligne l’UFC Que Choisir. Face à l’afflux d’internautes bernés, l’association a décidé de les alerter en publiant lundi un article au titre éloquent : "iPhone 6 à 1 € : faut pas rêver".

Que cachent ces soi-disant promotions ? A vrai dire, tout est écrit noir sur blanc, si bien qu’il est plus juste de parler d’une très mauvaise affaire que d’une arnaque à proprement parler. Sauf que les internautes appâtés prennent rarement le temps de lire le détail de cette soi-disante offre imbattable.

Les auteurs jouent en fait avec les mots : pour un euro, l’internaute n’achète pas un téléphone mais une offre spéciale de trois jours pour tester un service payant, qu’il s’agisse d’un service d’écoute de radio en ligne (Radioplanets), d’un site de jeu en ligne (Rockyfroggy) ou d’un club d’achat (Wonkabonka). Cet achat d’un euro donne le droit de participer à une tombola pour décrocher le fameux téléphone, mais rien ne dit que l’internaute va le gagner. Ni même qu’il y a un gagnant puisque rien n’indique la présence d’un huissier pour contrôler le tirage au sort. Ce qui est sûr en revanche, c’est qu’à moins de se désinscrire et d’annuler l’autorisation de prélèvement bancaire, cette période d’essai de 3 jours est automatiquement reconduite et devient un abonnement mensuel. Et, là, la facture grimpe très vite, entre 49 et 89 euros par mois, pour un service à la qualité discutable. Bref, l’internaute ne paie pas pour un téléphone mais pour un autre service qui ne l’intéressait probablement pas à l’origine.

"Heureusement, d’après les témoignages lus sur les forums, ni la rétractation ni le désabonnement ne se semblent poser trop de problèmes", précise l’UFC Que Choisir. Mais le temps que l’internaute s’en rende compte, les trois jours d’essai sont passés et il doivent payer le premier mois.

Des méthodes éculées pour tromper l’internaute. Mais comment ces sites parviennent-ils à présenter ce qui n’est qu’une tombola comme une offre imbattable ? Tout simplement en utilisant des méthodes classiques pour abuser le lecteur, qui peuvent bien être qualifiées de "tromperie" caractérisée. Première technique : se faire passer pour une entreprise sérieuse en invoquant un partenariat avec une marque high-tech, qui aurait décidé de fournir un lot de téléphones quasi-gratuits. "L'année dernière, la part du marsé (sic) français d'Apple a chuté à 35% et les Androids de Google sont entrain (sic) de gagner du terrain dans le monde entier. Apple peut regagner la confiance des utilisateurs français en offrant les iPhone à des prix extrêmement bas pour les personnes et ceci fera un boom dans le monde entier", assure ainsi l’une de ces pages. Et lorsqu’on vous promet un Galaxy S6, ces sites assurent que c’est cette fois Samsung qui a décidé de conclure un partenariat. Ce qui n’est pourtant pas dans les habitudes de ces marques qui n’ont aucun mal à écouler leurs derniers téléphones malgré un tarif avoisinant les 850 euros.

Autre méthode qu’on retrouve dans la plupart de ces publicités, et qui aurait dû conduire les internautes à se méfier : se faire passer pour ce qu’on n’est pas. Beaucoup de ces annonces reprennent en effet les codes graphiques de site internet connus du grand public.

C’est notamment ce qui est arrivé au quotidien économique La Tribune, qui s’est fait voler son identité visuelle (logo, couleur, etc.) et a dû publier sur son site un article pour informer ses lecteurs. "Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour mettre un terme à cette arnaque qui en plus de faire des victimes, nuit à l'image de notre marque", écrit La Tribune. Une usurpation d’identité dont ont été victimes d’autres rédactions et qu’on retrouve aussi sur les réseaux sociaux, sous la forme de tweets et de pages Facebook ayant l’air officiels.

A gauche, la publicité malveillante se faisant passer pour un article de La Tribune. A droite, un vrai article du site d'informations économiques :

12.05.Arnaque.iphone.pascher.DR.LATRIBUNE.1280.700

© DR/LA TRIBUNE


Comment repérer de telles arnaques ? Pour éviter de se faire piéger, il y a d’abord le bon sens : il n’y a aucune raison qu’un inconnu vous offre pour un euro un objet qui en vaut 850. La méfiance s’impose donc, surtout lorsqu’on vous demande dans la foulée votre numéro de carte bancaire. Deuxième indice : les fautes d’orthographe, encore très fréquentes, malgré l’amélioration des outils de traduction en ligne. Les tournures grammaticales  inhabituelles peuvent également vous mettre la puce à l’oreille : jusqu’à preuve du contraire, on n’écrit pas "C’est moins chère que la tasse d’un café de toute façon" mais plutôt "c’est moins que le prix d’une tasse de café". Autant d’erreurs qu’on retrouvait dans une autre escroquerie à la mode l’an dernier : les enchères inversées permettant de soi-disant acheter un iPad à un euro.

Enfin, si ces offres trop belles pour être vraies vous tentent quand même, il faut tout simplement prendre le temps de lire les conditions générales de vente, ces petites lignes en fin de page que peu de gens prennent la peine de consulter. Dans le cas de l’escroquerie à l’iPhone, tout y est écrit noir sur blanc même si c’est de manière elliptique.

Dernier conseil si ces offres se travestissent en reprenant l’identité visuelle d’un média connu : regardez l’Url indiquée en haut de votre navigateur internet, il y a de fortes chances pour qu’elle ne corresponde pas au média en question. Dans le cas du faux article de La Tribune, l’URL n’a en effet rien à voir avec ce site (http://news-report24.com/fr/1i-title1-lot/, et non http://www.latribune.fr/).