Intermarché s'engage à son tour à mieux rémunérer les viandes de qualité

  • A
  • A
Intermarché s'engage à son tour à mieux rémunérer les viandes de qualité
La décision d'Intermarché intervient après celle de Leclerc et Carrefour.@ JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :

Le groupe Intermarché a décidé de mieux rémunérer les éleveurs français de viandes bovines, et de valoriser leurs produits dans ses rayons.

Après Carrefour et Leclerc, le groupement de distributeurs français Intermarché s'est engagé vendredi à mieux rémunérer et valoriser dans ses rayons la viande bovine française de qualité supérieure, issue de vaches élevées spécifiquement pour leur viande. "Dans le cadre de la crise que traverse actuellement le secteur bovin, le Groupement renforce, comme il l'a toujours fait, son engagement auprès des éleveurs et valide bien évidemment la démarche Cœur de gamme", indique Intermarché dans un communiqué.

Mieux rémunérer les éleveurs. Cette démarche vise notamment à valoriser les races à viande - charolaises, limousine et Blonde d'Aquitaine - élevées spécifiquement pour leur viande à l'inverse des vaches dites "de réformes", c'est-à-dire des vaches laitières trop âgées pour donner du lait et envoyées à l'abattoir. Les tarifs payés aux éleveurs de ces races à viande de qualité supérieure seront revalorisés à hauteur de 1 euro/kg, a indiqué Intermarché. Le distributeur indique par ailleurs travailler à encourager la consommation de viande bovine française de qualité supérieure, à développer des "partenariats durables avec des éleveurs français" et à mettre en place "des modes d'élevage respectueux du bien-être animal et de l'environnement".

La mobilisation des agriculteurs. Cette annonce intervient 48h après un accord similaire passé entre la Fédération nationale bovine et Carrefour. Le groupement de distributeurs indépendants Leclerc a indiqué jeudi être sur le point de s'engager dans la même démarche. Système U avait été le premier, fin mai, à s'être engagé envers la FNB à revaloriser les prix de la viande bovine de 1 euro/ kilo en moyenne, invitant les autres distributeurs à faire de même.  Mercredi, des dizaines d'agriculteurs avait manifesté devant plusieurs supermarchés de Carrefour, faisant finalement plier l'enseigne. Dans la foulée, la FNB avait menacé de mener des campagnes contre les autres chaînes de distrubution, si elles ne suivaient pas l'exemple de Système U et Carrefour.