Insertion des jeunes : la Cour des comptes conteste l'efficacité des contrats aidés

  • A
  • A
Insertion des jeunes : la Cour des comptes conteste l'efficacité des contrats aidés
La Cour des Comptes estime que les dispositifs d'insertion des jeunes coûtent trop cher.@ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

La Cour cible notamment les contrats aidés, trop coûteux et pas assez efficaces.

Coûteux et peu efficaces : la Cour des comptes critique les dispositifs d'insertion des jeunes, appelant à réduire la voilure sur les contrats aidés pour concentrer les efforts sur les jeunes les plus éloignés de l'emploi, notamment à travers la Garantie jeunes. Avec une vingtaine de dispositifs qui coexistent, le paysage de l'accès des jeunes à l'emploi constitue un "système particulièrement complexe" dont le coût est "élevé et croissant", résume la Cour.

Des dispositifs coûteux. En 2015, l'Etat, les collectivités et les opérateurs leur ont consacré 10,5 milliards d'euros: 5,95 milliards pour l'alternance, 2 milliards pour les contrats aidés, 1,45 milliard pour les dispositifs d'accompagnement et 1 milliard pour le retour en formation des jeunes demandeurs d'emploi. Mais "les résultats obtenus du point de vue de l'accès à un emploi durable ne sont à la mesure ni des objectifs affichés, ni des moyens mobilisés", assènent les sages de la rue Cambon.

Les contrats aidés inefficaces. Dans leur collimateur : les contrats aidés, "outils les plus onéreux". Selon la Cour, leurs bons taux d'accès à l'emploi - 67% dans le marchand et 52% dans le non marchand pour les moins de 28 ans - résultent "d'importants effets d'aubaine" et d'un "ciblage insuffisant" vers les plus en difficulté. Autre faille : seuls 23% des anciens bénéficiaires déclarent avoir suivi la formation prévue dans leur contrat. La Cour des comptes recommande de "redéployer progressivement" les crédits des contrats aidés vers la Garantie jeunes, les dispositifs de deuxième chance et l'alternance. Elle préconise aussi de "réduire la durée des contrats aidés" et de "les recentrer" sur les jeunes les plus éloignés de l'emploi, notamment les 750.000 qui ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation (14,6% des 18-24 ans en 2013), ainsi que les jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville, dont le taux de chômage grimpe à 45%.

El Khomri défend les contrats aidés. "Nous avons ciblé (les contrats aidés) en direction des personnes les plus éloignées de l'emploi", a répondu Myriam El Khomri lors d'une rencontre avec les journalistes de l'information sociale (Ajis). La ministre du Travail a défendu des contrats qui "permettent, au-delà d'une insertion, de redonner confiance en soi". Sur les emplois d'avenir en particulier, mesure phare du gouvernement en faveur des jeunes, Myriam El Khomri a cité une étude de la Dares, service des statistiques de son ministère, qui sera publiée prochainement et selon laquelle "trois jeunes sur quatre ont bénéficié de formations" dans le cadre de leur contrat.

Des points positifs. Seules trouvent grâce aux yeux des sages la garantie jeunes et les "écoles de la deuxième chance". Ces dispositifs, "les plus intensifs et courts", sont "plus efficaces en termes d'accès à l'emploi que l'accompagnement de longue durée mis en oeuvre par Pôle emploi ou les missions locales". La garantie jeunes, qui offre aux plus précaires une allocation et un accompagnement renforcé vers l'emploi, affiche un taux de sorties vers l'emploi de 49,9%. Le dispositif sera généralisé en 2017. Quant aux écoles de la deuxième chance, leur taux d'accès à l'emploi n'est certes que de 37%, mais honorable, le dispositif s'adressant quasi exclusivement aux jeunes les moins qualifiés.